Après les dégâts et les pannes d’électricité vient le temps des réclamations. Que couvre l’assurance habitation de base lors de tornades et de vents violents ? Deux expertes répondent à nos questions.

Publié le 26 mai
Isabelle Dubé
Isabelle Dubé La Presse

Un arbre est tombé sur ma maison, ma tonnelle, ma clôture ou mon cabanon à cause de vents violents ou d’une présumée tornade. Est-ce que cet « acte de Dieu », comme disent les anglophones, est couvert ?

Oui, contrairement à la croyance populaire, les dommages causés par le vent font partie de la couverture standard et de base d’une assurance habitation, affirment les experts consultés par La Presse.

« Lorsqu’un arbre est tombé sur un toit, on va vérifier si la structure de la résidence a été atteinte, parce qu’au-delà de la toiture, on peut avoir des réparations à faire, explique en entrevue téléphonique Marie-Ève Vézina, directrice indemnisation auto et habitation chez Desjardins Assurances. On va faire une évaluation complète des dommages et on va prendre en charge l’enlèvement de l’arbre, la réparation de la toiture et des éléments de structure qui ont été abîmés.

« On a eu quelques toitures arrachées au cours de la fin de semaine et, dans certains cas, la résidence est devenue inhabitable. On va donc assumer les frais supplémentaires de subsistance pour relocaliser les clients, le temps de faire les réparations complètes ou temporaires pour permettre aux clients de réintégrer leur domicile. »

À noter que si le toit a été arraché par le vent, les dommages sont couverts. Si de l’eau est entrée à cause du toit brisé par le vent, les dommages sont aussi couverts.

Un arbre est tombé sur mon auto, quelles assurances couvrent les dommages ?

Les automobilistes qui ont une assurance auto tous risques même sans collision seront remboursés. « S’il y a un arbre qui est tombé sur une voiture ou les débris d’un bâtiment ou même tous les objets volants qui pourraient être tombés sur une voiture, c’est couvert par cette protection-là », affirme Line Crevier, responsable des affaires techniques et du Centre d’information du Bureau d’assurance du Canada.

Mes arbres sont tombés sur ma pelouse et je dois en racheter d’autres pour les remplacer. Est-ce que je pourrai me les faire rembourser ?

« Lorsqu’un arbre est tombé sur le terrain tout simplement, qu’il y a seulement l’arbre qui est endommagé, il n’y a aucune indemnité. Les arbres ne sont pas couverts pour les dommages causés par le vent, les incendies ou les intempéries, parce qu’ils sont exposés en tout temps à ces intempéries. Si l’arbre se brise, l’assuré ne reçoit pas une somme pour planter un nouvel arbre », explique Line Crevier.

Mon arbre est déraciné et menace de tomber, mon assureur peut-il m’aider pour sécuriser les lieux ?

En général, non, mais en discutant avec l’assureur, il pourrait voir la situation autrement, affirment les expertes. « Ce qui enclenche le contrat d’assurance, c’est le dommage, explique Line Crevier. Est-ce que ça veut dire que c’est préférable d’attendre que l’arbre tombe pour qu’il y ait un dommage et que l’assureur rembourse ? Non. Il faut agir en bon père de famille. En plus, au-delà d’être assuré, il y a quand même des inconvénients à vivre une réclamation, à faire des réparations, sans compter que notre sécurité et celle des gens autour sont peut-être menacées. »

J’ai manqué d’électricité plus de deux jours, qu’est-ce qui est couvert ?

Dans les contrats d’assurance, il y a une couverture pour les aliments qui étaient dans le réfrigérateur ou dans le congélateur et qui sont perdus à cause du manque d’électricité. Il peut cependant y avoir une limite de 1000 $. « On va rembourser au client ce qu’il a perdu, moins la franchise, précise Marie-Ève Vézina, de Desjardins Assurances. Alors c’est sûr que les gens doivent toujours faire le calcul de ce qu’ils avaient dans le frigo par rapport à la franchise pour voir s’ils souhaitent faire une réclamation. Généralement, la franchise est de 300 $ ou 500 $. »

« En 1998, lors du verglas, les assureurs avaient eu vraiment beaucoup de réclamations et ils voulaient indemniser rapidement les gens, relate Line Crevier, du Bureau d’assurance du Canada. Il semble qu’il y ait eu plus de crevettes réclamées qu’il y en avait dans l’océan ! Dorénavant, il faut prendre en photo le contenu du congélateur et du réfrigérateur pour montrer des preuves à l’assureur. »

Je n’ai pas eu d’eau potable pendant plus de deux jours, est-ce que l’assureur peut nous dédommager ?

« Si on parle d’une résidence où il n’y a pas d’eau potable, mais que la résidence demeure habitable, c’est-à-dire qu’il n’y a pas eu de dommage comme tel à la résidence, malheureusement, non, il n’y a rien, précise Marie-Ève Vézina. Pas de frais de relocalisation ou de remboursement de frais de déplacement pour aller acheter des bouteilles d’eau. »