Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur des éléments de l’actualité financière et boursière qui peuvent être utiles à l’investisseur, mais qui pourraient être passés sous le radar

Jean Gagnon Collaboration spéciale

Le 24 août, les banques canadiennes entameront la divulgation de leurs résultats du troisième trimestre, alors que leurs titres en Bourse se négocient tous, à l’exception de celui de la Banque TD, à des sommets historiques.

Des profits élevés générés par les opérations sur les marchés des capitaux ainsi que le renversement des provisions prises l’an dernier pour éponger les pertes sur prêts qu’aurait pu causer la COVID-19, mais qui n’ont pas été utilisées, ont permis des résultats enviables lors des deux trimestres précédents. Cette fois-ci, les analystes porteront leur attention surtout sur la croissance des prêts afin d’évaluer la vigueur de la reprise économique.

Cela pourrait bien être la donnée qui permettra la poursuite de la tendance à la hausse des cours boursiers. Doug Young, analyste chez Desjardins, prévoit une croissance intéressante à ce chapitre et recommande aux investisseurs de continuer à surpondérer les titres bancaires dans leurs portefeuilles.

* * *

Touché surtout par une diminution de ses ventes à l’international lors du dernier trimestre, le producteur de cannabis Canopy Growth a brûlé deux fois plus de ses disponibilités en encaisse qu’au trimestre précédent, soit 186,2 millions. Bien qu’elle continue d’accumuler les pertes, soit 63,6 millions sur des revenus nets totaux de 136,2 millions au premier trimestre de son année financière 2022, la direction réitère que la firme de Smith Falls sera profitable à la fin de celle-ci, soit en mars prochain. Le titre a perdu plus de 50 % de sa valeur en Bourse depuis six mois.

* * *

Après une entrée en Bourse attendue en mai dernier, le constructeur d’autobus électrique La Compagnie électrique Lion a subi un recul important depuis juin, le cours de l’action passant de 27 $ à 18 $. La société de Saint-Jérôme vient toutefois de divulguer des résultats trimestriels intéressants, notamment des revenus et des livraisons qui ont excédé les attentes des analystes. De plus, son carnet de commandes grossit et porte maintenant sur 965 unités, comparativement à 817 en mai. Elle a ajouté durant le dernier trimestre quelque 250 personnes à sa force de travail, qui compte maintenant 900 employés. La réaction initiale à ces résultats a toutefois été mitigée, le titre perdant un peu plus de 2 % vendredi. L’enthousiasme des investisseurs envers les constructeurs de véhicules électriques se serait-il quelque peu refroidi ?

* * *

La société mdf commerce, de Longueuil, anciennement Mediagrif, aux prises avec une tendance à la baisse de son titre, qui a perdu la moitié de sa valeur en six mois, vient de procéder à l’acquisition de l’américaine Periscope S2G pour une somme de 260 millions. Le Fonds de solidarité FTQ et Investissement Québec ont participé au montage financier. Craignant peut-être un effet de dilution, nombre d’investisseurs ont préféré vendre le titre pour l’instant, celui-ci reculant de 9 % durant la séance de jeudi.

* * *

Toujours dans le secteur du commerce électronique, la société montréalaise Lightspeed, voulant probablement profiter de la valorisation de son titre en Bourse pour solidifier son bilan financier, a annoncé lundi qu’elle procédait à une offre publique de 7 millions de nouvelles actions avec droit de vote subordonnées au prix de 93 $ US. L’analyste Richard Tse, de la Banque Nationale, citant l’habileté de la firme à exécuter son plan stratégique au cours des 18 derniers mois, dit ne pas douter qu’elle pourra profiter de la relance de l’économie pour accroître ses bénéfices. Il croit que le titre pourrait atteindre 120 $ US d’ici 12 mois.

* * *

Louis Vachon, président de la Banque Nationale, prendra sa retraite le 31 octobre après plus de 14 ans aux commandes de la banque québécoise. La plupart des observateurs n’ont que des éloges pour le travail accompli par celui qui a eu, entre autres, à diriger la banque durant la crise financière à peine un an après son arrivée en poste. Il semble toutefois que la relève soit bien assurée. Laurent Ferreira, qui entrera en fonction le 1er novembre, est à la banque depuis 23 ans et a occupé plusieurs fonctions, entre autres au sein de la division Marchés des capitaux, dont celui de cochef, en plus d’avoir participé activement à la transformation de la banque. « Laurent Ferreira possède une grande compréhension de l’industrie bancaire, des marchés des capitaux ainsi que de la gestion du risque et du bilan financier », estime Scott Chan, analyste chez Canaccord Genuity.