(Halifax) De tous les dossiers sur lesquels Brian Galbraith a travaillé au fil des ans, celui qui le suit toujours concerne un client qui a divorcé de sa femme en utilisant des documents qu’ils ont eux-mêmes remplis.

Danielle Edwards La Presse Canadienne

Le propriétaire de la firme ontarienne Galbraith Family Law a affirmé que l’accord était favorable à son client. Cependant, lorsqu’il a été contesté par l’ex-femme de son client quelques années plus tard, un juge a statué que les documents « ne valaient même pas le papier sur lequel ils ont été imprimés ».

« Il a essayé d’économiser quelques dollars au départ en le faisant lui-même et ça a fini par lui coûter cher », a résumé Me Galbraith.

Des experts en droit de la famille soutiennent que, comme des preuves anecdotiques suggèrent une augmentation des divorces durant la pandémie de COVID-19, la nature complexe du processus signifie qu’il vaut souvent la peine d’engager un représentant juridique approprié au début afin d’éviter un dossier coûteux et long.

Des solutions sans avocat, comme « Untie the Knot », offrent aux couples l’accès à un divorce incontesté « sans le coût élevé d’un avocat ». Pour 899 $, ou 499 $ si vous déposez vos propres documents, le service prétend garantir l’approbation du tribunal « à 100 % ».

Selon Diana Isaac, associée au cabinet d’avocats en droit de la famille Shulman & Partners, qui est établi à Toronto, le problème n’est pas tant de signer un modèle d’accord de divorce que ce qui pourrait survenir par la suite.

La firme a connu un pic d’intérêt pendant la pandémie, a-t-elle déclaré. De juin 2019 à juin 2020, Shulman and Partners a observé une augmentation de 19 % du nombre de nouveaux clients, y compris des personnes cherchant à contester un divorce sans avocat.

« Ce sont généralement des problèmes qui doivent faire l’objet d’un procès et cela coûte très, très cher, a déclaré Me Isaac dans une entrevue. Parfois, ça peut grimper dans les six chiffres. »

Me Galbraith a affirmé que son entreprise avait également vu une augmentation de 30 % du nombre de clients en un an.

Et comme Me Isaac, Me Galbraith a déclaré que la firme faisait également davantage de « réparations ».

« Je suppose que réparer un accord qui a été préparé de façon inadéquate coûterait beaucoup plus cher que de le faire correctement au départ », a-t-il déclaré.

En plus d’avoir à dépenser plus d’argent dans le divorce, Me Isaac a évoqué le fardeau émotionnel accru que le réexamen de la convention de divorce peut avoir sur les clients.

« Je regarde ces gens et je leur dis : « Eh bien, si vous étiez venu nous voir en premier lieu, cela aurait été beaucoup moins coûteux ». »

En général, la plupart des cas que le cabinet voit concernant les divorces sans avocat impliquent des clauses qui peuvent avoir été exclues des accords initiaux, comme les règlements sur la propriété, les obligations alimentaires pour époux et la garde d’enfants, a déclaré Me Isaac.

Contester un accord de divorce commence par une analyse coûts-bénéfice, a-t-elle déclaré, et si les avantages ne l’emportent pas sur le temps, les efforts et les fonds nécessaires pour porter l’affaire devant les tribunaux, les clients peuvent se retrouver avec une mauvaise affaire.

« Vous ne voulez pas payer 10 000 $ [simplement] pour obtenir 11 000 $ », a-t-elle mentionné.

Les avocats doivent également tenir compte des qualités uniques de chaque cas, notamment déterminer si l’une des parties au divorce était sous la contrainte ou si les deux parties étaient pleinement conscientes des actifs de l’autre au moment où le divorce a été finalisé.

« Il n’y a pas deux cas identiques. Le domaine du droit de la famille est tellement factuel que cela consiste en grande partie à examiner les circonstances des parties, la dynamique familiale et à adapter une résolution », a-t-elle déclaré.

L’augmentation des divorces sans avocat peut être liée à une augmentation globale des taux de divorce pendant la pandémie, a déclaré Rachel Margolis, professeure à l’Université de Western Ontario.

Mme Margolis, qui étudie comment la dynamique familiale façonne l’évolution de la population au fil du temps, a noté dans une entrevue que même s’il n’y a pas de chiffres récents sur les taux de divorce au Canada, elle s’attend à ce qu’il y ait une augmentation des séparations dans les années à venir sur la base des données économiques des précédentes récessions.

« Pendant les récessions, le divorce diminue généralement parce que les gens n’ont pas l’argent pour divorcer, a expliqué Mme Margolis. Pendant la pandémie, je pense que pour beaucoup de [personnes], il y a eu beaucoup de réorientation quant à ce que les gens apprécient. »

« Mon impression générale est que la pandémie et le fait que tout le monde soit à la maison augmenteront le rythme des divorces qui allaient de toute façon se produire », a ajouté Mme Margolis.

Me Galbraith et Isaac ont tous deux déclaré qu’ils recommandaient aux couples de demander des conseils juridiques à des experts s’ils envisageaient de mettre fin à leur mariage et d’éviter les modèles et autres services sans avocat.

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses de Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.