(San Francisco) HSBC a annoncé mercredi qu’elle sortait du marché de la banque de détail et des petites entreprises aux États-Unis, dans la lignée de sa stratégie de recentrage sur la banque d’affaires et d’investissement en Asie.

Agence France-Presse

Le géant bancaire britannique entend se concentrer sur « les besoins financiers et la gestion de fortune des clients aisés, disposant de patrimoines important et de connexions internationales », a-t-il indiqué dans un communiqué.

Sur son réseau de 148 agences américaines, 90 doivent être vendues, notamment à Citizens Bank et Cathay General Bancorp.

La banque d’investissement prévoit de transformer une vingtaine de sites en centres internationaux dédiés aux grandes fortunes et de progressivement réduire la voilure des 35-40 agences restantes.

« C’était une bonne activité, mais nous n’étions pas à la bonne échelle vis-à-vis de la concurrence », a expliqué Noel Quinn, le directeur général du groupe, cité dans le communiqué.

« Le prochain chapitre pour HSBC aux États-Unis, c’est de nous concentrer sur nos forces, en connectant nos affaires internationales et la gestion de fortune des clients avec d’autres marchés dans le monde ».

HSBC avait déjà fait part en début d’année de ses intentions de restructurer ses opérations américaines pour les particuliers et petites entreprises.

En France, selon le quotidien Les Echos, elle s’apprête à verser plus d’un milliard d’euros au fonds américain Cerberus pour lui céder l’ensemble de ses activités de banque de détail, soit un réseau de 230 agences bancaires et de 4000 salariés.

Après une année 2020 plombée par le coronavirus et les tensions géopolitiques avec la Chine, la société a indiqué le mois dernier avoir doublé son bénéfice net au premier trimestre.