Avez-vous commencé à penser à vos impôts ? En plus des traditionnels T4, T4A, T4RIF, T5 et reçus en tous genres, bien des contribuables auront besoin cette année d’outils inédits pour remplir leur déclaration de revenus : un calendrier et un ruban à mesurer.

Marie-Eve Fournier Marie-Eve Fournier
La Presse

Si vous êtes en télétravail depuis un an, vous devriez normalement avoir droit à une réduction de votre revenu imposable grâce aux dépenses occasionnées par votre bureau à domicile. Mais encore faut-il calculer le montant de la déduction — et non du crédit d’impôt — à laquelle vous avez droit.

Il existe deux méthodes, l’une à taux fixe (2 $ par jour) et l’autre dite « détaillée ».

La première séduit par sa simplicité. Ça tombe bien, dans la plupart des cas, ce sera la plus avantageuse financièrement. Il faut toutefois sortir son calendrier pour compter le nombre de journées nous donnant droit aux 2 $. Les fériés, les vacances, les congés de maladie et les journées de travail chez l’employeur doivent être exclus du calcul.

PHOTO SIMON GIROUX, ARCHIVES LA PRESSE

En plus des traditionnels T4, T4A, T4RIF, T5 et reçus en tous genres, bien des contribuables auront besoin cette année d’outils inédits pour remplir leur déclaration de revenus : un calendrier et un ruban à mesurer.

En conséquence, même si Québec et Ottawa permettent aux contribuables de réclamer jusqu’à 400 $ (chacun) sans justificatif pour 200 jours de télétravail, beaucoup n’atteindront pas ce maximum, prédit Normand Verville, vice-président adjoint, planification fiscale et successorale, chez IG Gestion de patrimoine. Le télétravail a commencé en mars, pour un total de neuf mois et demi.

Il serait étonnant que le fisc vous coure après pour une erreur de quelques jours, sachant que chacun donne droit à un « rabais COVID » de 2 $ multiplié par votre taux d’imposition marginal. Mais il est de notre responsabilité à tous de fournir à l’État des informations justes.

La méthode détaillée, qui favorisera surtout les locataires (le loyer fait partie des dépenses admissibles, pas l’hypothèque), suppose aussi l’utilisation d’un ruban à mesurer. Commencez par calculer quelle portion de la superficie totale de votre logis est utilisée pour le travail. S’il s’agit d’une pièce ayant un double usage, comme une chambre à coucher, déterminez le temps que vous y travaillez chaque semaine. Les conjoints dont les ordinateurs sont installés dans la même pièce ne peuvent déclamer la même déduction deux fois.

Pour choisir la méthode de calcul la plus avantageuse pour vous, Québec a mis en ligne un comparateur.

> Faites le test du gouvernement

N’oubliez pas que pour utiliser la méthode longue, votre employeur doit vous fournir les formulaires T2200S et TP-64.3 attestant de vos dépenses. Vous devrez aussi sortir vos factures d’électricité, de l’internet et de fournitures de bureau, etc.

D’autres particularités pandémiques

Du côté des revenus, bon nombre de contribuables ont reçu la fameuse Prestation canadienne d’urgence (PCU) ou la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE), ou les deux. Tandis qu’il n’y avait aucune retenue à la source sur la première, la seconde était amputée de 10 %. C’est peu. « S’il y a eu d’autres revenus dans l’année, c’est sûr qu’il y aura de l’impôt à payer », prévient Normand Verville.

Ça devient un peu compliqué pour ceux qui ont remboursé en 2021 une prestation (reçue en 2020), parce qu’ils n’y étaient pas admissibles ou qu’ils ont reçu des paiements de trop. L’impôt devra être payé — s’il y a lieu — sur la déclaration de revenus de 2020. Et il sera remboursé en 2022, une fois la déclaration de revenus de 2021 faite. Prenez-en bonne note pour l’an prochain !

Normand Verville prévient ceux dont les revenus en 2020 ont été plus élevés qu’en 2019 grâce à différentes allocations gouvernementales : ils pourraient avoir de mauvaises surprises plus tard cette année. L’Allocation canadienne pour enfants (ACE), le crédit pour la TPS, le crédit d’impôt pour solidarité et le Supplément de revenu garanti (SRG), notamment, pourraient écoper.

Deux petits conseils, en terminant.

Des milliers de Québécois ont acheté leur première résidence en 2020 pour avoir plus d’espace. Si c’est votre cas, n’oubliez pas le Crédit d’impôt (de 5000 $) pour l’achat d’une première habitation, offert autant par Ottawa que par Québec. La valeur du crédit pour un résidant du Québec admissible peut atteindre 1376 $. Le montant peut être partagé entre les membres d’un couple si l’achat s’est fait à deux.

Vos contributions à La Presse vous donneront également droit à un crédit d’impôt pour la toute première fois. L’Agence du revenu du Canada a en effet accordé à votre quotidien le statut d’organisation journalistique enregistrée. Normalement, vous avez déjà obtenu un reçu fiscal par courriel. Si ce n’est pas le cas, suivez les instructions sur cette page.

> Consultez la procédure à suivre

Un seul autre média détient ce statut pour le moment : The Narwhal News Society, à Vancouver.

Pour ceux qui se demandent si la saison des impôts sera prolongée comme ce fut le cas l’an dernier, sachez que la date butoir est inchangée. Il vous reste donc 39 jours pour transmettre vos déclarations.