Les temps changent, mais les femmes demeurent plus nombreuses à prendre un congé parental ou à réduire leur horaire de travail pour prendre soin de leurs enfants. Cela a des conséquences directes sur la planification de la retraite.

Nathalie Côté Nathalie Côté
Collaboration spéciale

Une Canadienne sur quatre en âge de travailler a mis moins d’argent de côté pour sa retraite que son conjoint, selon un récent sondage réalisé par HSBC. De plus, en raison de leur revenu réduit, elles cotisent moins au régime de rente du Québec et ont moins de droits de cotisation au régime enregistré d’épargne retraite (REER). Comment bien planifier sa retraite et apporter un peu plus d’équité dans le couple  ?

Se marier

Se marier avant l’arrivée des enfants dans le couple peut contribuer à rétablir un peu l’équité entre les époux. « Plusieurs actifs, dont le régime de retraite, les REER et les rentes du régime de rentes du Québec (RRQ), font partie du patrimoine familial, explique André Lacasse, planificateur financier chez Services financiers Lacasse. En cas de divorce, tout cela est partageable entre les deux ex-conjoints. »

Cotiser au REER du conjoint

Les conjoints de fait, eux, ne bénéficient pas du partage du patrimoine familial en cas de séparation. Chacun repart avec ce qui lui appartient, à moins d’avoir convenu d’autre chose dans une convention de vie commune.

« Monsieur peut contribuer au REER de sa conjointe. Il le fait alors à partir de ses propres droits de cotisation. C’est lui qui a droit à la déduction d’impôt. Par contre, le REER appartient à sa conjointe. » — André Lacasse, planificateur financier

Cette solution est particulièrement intéressante lorsque la mère est en congé de maternité ou travaille à temps partiel pour se consacrer davantage aux enfants.

Racheter des années de service

Certains régimes de retraite permettent à la femme de racheter des années de service à la suite de congés de maternité. Cela est souvent très avantageux. « Si c’est possible, il faut le faire », tranche M. Lacasse. Et le plus tôt est le mieux. En effet, en rachetant son année de service dès son retour, la femme paiera une somme semblable à sa contribution actuelle. Or, plus elle attend, plus cela va lui coûter cher.

Retarder ses demandes de prestations

À l’approche de la retraite, les femmes peuvent retarder leur demande de pension de la Sécurité de la vieillesse si c’est possible pour elles, souligne Mme Creighton. Leurs prestations seront alors bonifiées. Même chose pour le Régime de rentes du Québec. Ces prestations sont particulièrement intéressantes parce qu’elles sont indexées et versées jusqu’à la mort.

Planifier en solo

« Les femmes déjà retraitées sont plus nombreuses que les hommes à compter sur le revenu ou la rente de leur conjoint », signale Mme Creighton. En plus de planifier en couple, les femmes auraient avantage à faire aussi un plan distinct pour être financièrement indépendantes.