Des réponses à vos questions : vous avez été nombreux à répondre à notre appel à poser vos questions sur les impôts et vos déclarations de revenus, que vous devrez soumettre dans les deux prochains mois. Voici les réponses trouvées par nos journalistes.

Mis à jour le 28 févr. 2018
Stéphanie Grammond LA PRESSE

FRAIS D'AVOCAT

Q. « Je me suis divorcé. Les frais d'avocat et de timbre judiciaire s'élèvent à 8500 $. Est-ce déductible de mon revenu imposable ? »

- Yves

R. Malheureusement, ce n'est pas possible. En général, les frais d'avocat peuvent être déductibles d'impôt s'ils ont servi à récupérer des revenus imposables, répond Stéphane Leblanc. Ce pourrait être le cas d'un travailleur autonome qui a dû se battre en cour pour être payé par un fournisseur.

CONJOINTS DE FAIT

Q. « Ma compagne et moi habitons ensemble depuis juillet 2016. Doit-on considérer nos impôts pour l'année fiscale 2017 dans un contexte de revenu familial ou de manière individuelle ? »

- Jacques

R. Le fisc vous considère comme des conjoints de fait à partir du moment où vous vivez une « relation conjugale » depuis 12 mois consécutifs. Donc, si vous habitez ensemble depuis juillet 2016, vous êtes conjoints de fait depuis juillet 2017.

Dans votre déclaration de revenus de 2017, vous serez considérés comme conjoints de fait pour l'année entière. Par contre, certains programmes (p. ex. : soutien aux enfants) modifieront vos prestations à partir du jour où vous deviendrez conjoint de fait. Soyez vigilant ! Si vous les avertissez en retard, ils vous réclameront les sommes versées en trop rétroactivement.

AIDANT NATUREL

Q. « Ma femme de 85 ans souffre de parkinson. Avec le soutien du CLSC, je m'occupe d'elle dans mon condo. J'ai 88 ans. Quelles sont les mesures à prendre pour obtenir le crédit de maintien à domicile ? »

- Bernard

R. Cher Bernard, sachez que plusieurs crédits d'impôt très payants s'appliquent à votre situation, dont les crédits pour déficience mentale ou physique et les crédits pour aidant naturel offerts par les deux ordres de gouvernement.

Quant au crédit pour maintien à domicile, il s'agit d'un crédit remboursable offert par Québec aux personnes de 70 ans et plus.

Si vous vivez à la maison, ce crédit couvre des dépenses comme la tonte de la pelouse, le déneigement, l'entretien ménager, l'aide à l'habillement et à l'hygiène, etc. Si vous êtes en résidence, le loyer et d'autres dépenses comme les repas et les soins infirmiers sont admissibles. Le crédit équivaut à 35 % des dépenses qui sont plafonnées à 19 500 $ par année (économie maximale de 6825 $) ou à 25 500 $ pour une personne non autonome (économie de 8925 $).

Pour un couple dont un seul conjoint est non autonome, le maximum des dépenses admissibles est donc de 45 000 $ pour un crédit maximal de 15 750 $, calcule Josée Jeffrey, fiscaliste chez Focus Retraite & Fiscalité.

Et lorsque l'un des conjoints n'est pas autonome, le crédit ne diminue pas en fonction des revenus, comme c'est le cas autrement, précise Mme Jeffrey.

Alors, ça vaut vraiment la peine de remplir l'annexe J au provincial pour réclamer le crédit et demander une attestation écrite de votre médecin (formulaire TPZ-1029.MD.A) pour établir le statut de personne non autonome.