Source ID:9f3eb969-1442-4ac2-ba65-291c2c7d1d67; App Source:alfamedia

Épargner pour un road trip de rêve

Annie et Patrick rêvent de prendre des vacances... (Photo ROBYN BECK, Archives Agence France-Presse)

Agrandir

Annie et Patrick rêvent de prendre des vacances prolongées et parcourir les États-Unis en voiture.

Photo ROBYN BECK, Archives Agence France-Presse

Annie et Patrick rêvent de prendre des vacances prolongées pour décrocher vraiment : ils veulent se payer un road trip de six mois à travers les États-Unis.

Sur leur radar : l'océan Pacifique, les Rocheuses, les déserts, le Grand Canyon, les bayous de la Louisiane et la côte Est, notamment.

Leurs fils adolescents n'auront bientôt plus besoin de leur présence, même s'ils habitent encore la maison familiale. « On pense partir en 2019, ça nous donnerait le temps d'épargner », explique Patrick.

Le couple prendra la route avec sa propre voiture et logera dans des auberges et hôtels bon marché. Il évalue à 150 $ par jour le budget pour un tel périple, donc 27 000 $ pour six mois.

Il doit continuer d'assumer pendant cette période les frais de sa propriété, d'autant plus que ses fils y logeront encore. « Grosso modo, c'est un projet de 50 000 $ », estime Patrick.

Annie aurait la possibilité, à son travail, de demander un congé à traitement différé en faisant prélever de sa paie une portion de son salaire pour continuer d'être payée pendant son absence. Mais le couple n'a pas retenu cette option. « Sur la portion de salaire prélevé, c'est l'employeur qui touche le rendement, en attendant que les montants soient remis à Annie, fait remarquer son conjoint. On préfère gérer nous-mêmes notre épargne. »

Ils pensent avoir assez de discipline pour accumuler la cagnotte nécessaire : ils ont déjà commencé à épargner 300 $ par mois. En mars, ils ont terminé le remboursement de leur prêt auto : la mensualité de 700 $ ira maintenant dans leur fonds d'épargne voyage.

Ils dépensent environ 400 $ par mois au resto. « On a des amis qui font cinq fois nos revenus, et on aime se payer des bons repas ensemble, confie Patrick. Mais nous sommes prêts à couper là-dessus en prévision de notre départ. »

Patrick envisage même de piger dans son épargne-retraite, si nécessaire. Dans son régime de retraite à cotisations déterminées, où il contribue 5 % de son salaire, tout comme son employeur, il dépose 5 % supplémentaires en cotisations facultatives. Une portion des sommes accumulées - 20 000 $ - est non immobilisée et pourrait donc être retirée avant la retraite.

N'est-ce pas dangereux d'amputer son épargne-retraite ? « Mes parents se sont privés toute leur vie pour économiser en prévision de leur retraite, et quand ils y sont arrivés, ils sont tombés malades et n'ont jamais pu en profiter, raconte-t-il. On veut profiter de la vie maintenant et si on a moins d'argent à la retraite, on se contentera de se bercer sur notre balcon. »

Le couple aimerait prendre sa retraite avant 65 ans, mais ne croit pas que ce sera possible. Il se demande comment maximiser son épargne dans les trois prochaines années et s'il a oublié certains détails en planifiant son projet.

PORTRAIT

Annie, 44 ans

Gestionnaire de projet

REVENU : 78 000 $

Patrick, 42 ans

Analyste

REVENU : 65 000 $

Deux enfants de 18 et 16 ans

Propriété 

VALEUR : 300 000 $

HYPOTHÈQUE : 205 000 $

PAIEMENT MENSUEL : 945 $

Dettes

PRÊT ÉTUDIANT : 18 000 $

Actifs 

COMPTE D'ÉPARGNE : 8500 $

CERTIFICATS DE PLACEMENT : 10 000 $

Épargne-retraite 

REER : 2500 $

RÉGIME DE RETRAITE À COTISATIONS DÉTERMINÉES DE PATRICK : 

40 000 $ d'accumulés

RÉGIME DE RETRAITE D'ANNIE : 

 - une partie à prestations déterminées : rente prévue à 65 ans de 37 000 $ par an ;

 - une partie à cotisations déterminées : 67 000 $ d'accumulés.

Épargne mensuelle pour le projet de voyage 

 - 300 $ depuis six mois ;

 - 700 $ de plus depuis le remboursement complet du prêt auto, le mois dernier.

TRUCS DE VOYAGE ET D'ÉPARGNE

Bien des gens, après plusieurs années à étudier, à travailler, à élever leurs enfants, à investir dans leur maison, ont envie de prendre une pause pour mettre les voiles. Voyons si le projet d'Annie et Patrick tient la route.

LE BUDGET

Peut-on voyager aux États-Unis avec 150 $US par jour ? C'est possible, mais en surveillant de près chaque dépense, répond Rodolphe Lasnes, journaliste spécialisé en voyages et auteur pour les Guides Ulysse, qui a fait un road trip du genre il y a deux ans. Voici ses conseils.

Hébergement : de 60 à 120 $ par jour

« C'est la dépense la plus importante, souligne Rodolphe Lasnes. Pour une chambre bas de gamme, genre Éconolodge, il faut compter au moins 60 $. Une petite auberge coûtera entre 80 et 100 $, et la facture peut vite dépasser 100 $ dans les endroits touristiques. Ils pourraient épargner en louant des appartements sur des sites comme Airbnb. »

Nourriture : de 40 à 55 $ par jour

« Ils peuvent réduire la facture en voyageant avec une glacière et en s'approvisionnant à l'épicerie pour les deux premiers repas de la journée, suggère le grand voyageur. De toute façon, après six mois, ils en auront marre de toujours manger au restaurant. »

Essence : de 10 à 15 $ par jour

« En partant pour une longue période, ils ne rouleront pas de grandes distances chaque jour », note Rodolphe Lasnes.

Assurance voyage : environ 1000 $

Des cartes de crédit incluent une assurance voyage, parfois jusqu'à deux mois pour certaines cartes destinées aux grands voyageurs. En prévision de leur départ, ils pourraient magasiner pour trouver la plus avantageuse.

TOTAL DE CES COÛTS

De 110 à 190 $US par jour, soit entre 21 130 et 35 770 $ US pour six mois, sans compter les autres dépenses (souvenirs, visites, communications, etc.). Le périple pourrait donc coûter plus que 27 000 $ US.

Le taux de change pourrait faire une différence importante. Si le dollar canadien est à parité avec le dollar américain, le voyage de 27 000 $US coûtera 27 000 $CAN. Mais si sa valeur descend à 70 cents US, comme ce fut le cas en début d'année, la facture grimpera de 11 571 $.

M. Lasnes recommande au couple de bien se renseigner sur tous les rabais possibles. Par exemple, il existe une carte donnant accès à tous les parcs nationaux des États-Unis pour 80 $US par an par famille.

L'ÉPARGNE

Si Annie et Patrick visent une somme de 50 000 $ (27 000 $ pour le voyage et 23 000 $ pour les frais de leur maison), il leur reste 31 500 $ à amasser. Pour un départ au printemps 2019, ça signifie 875 $ par mois.

Mais s'ils pensent que leur voyage coûtera plutôt 35 770 $US (le haut de la fourchette de prix, telle qu'évaluée par Rodolphe Lasnes) et qu'ils partent quand le dollar canadien vaut 0,70 $US, il leur faudrait plutôt 51 100 $, plus 23 000 $ pour les frais de leur maison, soit 74 100 $ au total - 1544 $ par mois pour les 36 prochains mois.

Le planificateur financier David Truong, de la Banque Nationale, a évalué qu'ils pouvaient amasser de façon réaliste 1300 $ par mois, soit 46 800 $ d'ici leur départ. En comptant l'épargne actuelle, ils auraient 65 300 $ en poche.

Où déposer ces montants ? Patrick envisageait de faire des cotisations supplémentaires à son régime de retraite, pour profiter des bons rendements et des frais de gestion peu élevés.

« Mais il devra payer de l'impôt au moment de retirer ces sommes et il perdra ses droits de cotisation au REER », fait remarquer M. Truong.

De plus, des fonds destinés à être retirés dans trois ans devraient être mis à l'abri des turbulences des marchés, souligne David Truong, qui recommande plutôt des placements conservateurs.

Le compte d'épargne libre d'impôt serait mieux adapté au projet du couple. « Certains employeurs offrent aussi des CELI collectifs, dit-il. Ça lui permettrait tout de même de profiter des frais de gestion plus bas. »

LE REEE POUR LE VOYAGE

Le planificateur financier a une autre suggestion pour Annie et Patrick : profiter du Régime enregistré d'épargne-études (REEE) qu'ils détiennent pour leurs enfants. Comme leur plus jeune a 16 ans, il leur reste deux ans pour contribuer à son nom.

Normalement, une contribution de 2500 $ par an donne droit à la subvention maximale annuelle de 750 $ (20 % du fédéral et 10 % du provincial). Mais il est possible de verser le double, pour recevoir les subventions des années où l'on n'a pas contribué.

En déposant 10 000 $ au cours des deux prochaines années dans le REEE, ils toucheront 3000 $ de subventions, un rendement difficile à battre. Le capital, les intérêts et les subventions pourront être retirés dès que le plus jeune aura commencé ses études post-secondaires.

LA RETRAITE, TOUT DE MÊME

Même s'ils disent ne pas vouloir se priver en prévision de leur retraite, David Truong suggère à Annie et Patrick de continuer, en rentrant de leur road trip, d'épargner comme avant le voyage. Ils pourraient peut-être réussir à prendre leur retraite avant 65 ans. Et reprendre la route pour découvrir de nouveaux horizons.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer