En réaction à l'annonce que la Réserve fédérale américaine rachèterait jusqu'à 300 milliards US d'obligations du Trésor, les taux américains ont enregistré une violente baisse dans la journée de mercredi.

Hugo Fontaine
Hugo Fontaine LA PRESSE

Au moment de l'annonce de la Fed, les marchés ont compris, à tort, que la banque centrale rachèterait des obligations de très long terme. Les taux de 30 ans, qui avaient commencé la journée à 3,82%, sont descendus jusqu'à 3,38% avant de clôturer à 3,53%. Mais les taux ont remonté dans les deux derniers jours, si bien que la semaine des obligations de 30 ans a été plutôt neutre.

 

Du côté des obligations de cinq et dix ans, par contre, les taux sont restés bas après le plongeon du mercredi, probablement en raison de la précision que la Fed allait plutôt concentrer ses achats sur des titres de deux à 10 ans.

Sur l'ensemble de la semaine, les deux taux ont respectivement diminué de 21 et de 24 points de base, pour clôturer à 1,65% et à 2,65%. Mercredi, les taux de 10 ans ont diminué de 47 points, l'avancée d'un jour la plus forte en plus de 40 ans.

«Les marchés ont été surpris que la Fed soit si directe dans l'annonce de mesures d'assouplissement quantitatif» dit Benoît Durocher, vice-président exécutif et chef stratège économique chez Addenda Capital.

«Mais il n'est pas clair que ces rachats vont compenser toute l'offre d'obligations qui va arriver sur le marché et qu'ils vont empêcher les taux de remonter, précise M. Durocher. Il faudra voir si l'effet à court terme se prolonge.»