Les ex-propriétaires de Groupe Juste pour rire (JPR) ne partent pas les mains vides. En acceptant de prêter 2,5 millions au spécialiste de l’humour, ils devraient pouvoir récupérer une plus grande portion de leurs créances qui, autrement, se seraient probablement évaporées.

Ce financement intérimaire offert par Groupe CH, Bell et Christopher Silbermann, un haut dirigeant de Creative Artists Agency (CAA), permettra à JPR d’avoir le temps et les fonds nécessaires pour conclure la vente de son siège social – situé sur le boulevard Saint-Laurent – qui ne faisait pas partie de la transaction conclue avec ComediHa!.

Le groupe établi à Québec a essentiellement mis la main sur les contenus de JPR et d’autres activités, comme le festival montréalais, son volet anglophone de Toronto et le petit festival Zoofest.

« Le financement [intérimaire] permettra de couvrir les frais de restructuration et de conservation de l’immeuble, écrit le syndic Christian Bourque, de la firme PwC, dans son plus récent rapport. La conclusion de la vente de l’immeuble devrait […] permettre une distribution aux créanciers non garantis. »

Une vente du siège social est une condition sine qua non pour atteindre cet objectif.

Retour attendu

À l’instar de la Banque Nationale, de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) et de la Banque de développement du Canada, Bell (26 % des parts), le Groupe CH (25 %) et CCA (49 %) devraient être en mesure de récupérer leurs créances garanties.

Diverses entités du conglomérat de télécommunications et de Groupe CH (evenko et Spectra) figurent toutefois sur la liste des créanciers non garantis – ceux qui ne sont pas certains de récupérer l’entièreté des sommes en souffrance – de JPR. Elles sont privées d’environ 2 millions, selon nos calculs.

La vente du siège social de JPR, un immeuble évalué à 5 millions par la Ville de Montréal, servira à rembourser une partie des créanciers non garantis. Les anciens propriétaires du géant de l’humour ont tout intérêt à ce que cette transaction se matérialise. Une offre d’achat a été acceptée par le contrôleur.

C’est pour cette raison qu’ils ont consenti à un prêt d’urgence de 2,5 millions.

« La Banque Nationale n’est pas disposée […] à octroyer un financement supplémentaire, souligne M. Bourque. La SODEC est un prêteur à terme et n’est pas disposée à consentir un financement de cette nature. »

Autrement dit, on ne se bousculait pas aux portes pour financer ce qu’il reste de JPR. Le prêt d’urgence des trois ex-actionnaires du spécialiste de l’humour s’accompagne de « frais de suivi [mensuels] de 10 000 $ » et porte intérêt à un taux annuel de 15 %.

Lever la main

Par ailleurs, le processus de réclamation pour les créanciers se mettra en branle à compter de mardi prochain. Ils auront jusqu’à la mi-août pour soumettre une demande par l’entremise d’un formulaire. On ignore encore la somme qui sera redistribuée.

PwC avait invité cinq groupes à soumettre une offre pour JPR. ComediHa!, qui compte Québecor comme actionnaire minoritaire, le tandem du Cirque du Soleil et de KOTV et le Groupe Entourage étaient les options québécoises. On trouvait aussi deux acteurs torontois spécialisés dans la production télévisuelle et cinématographique : New Metric Media et Vortex Media.

Seulement trois des groupes qualifiés ont déposé une offre. D’après nos informations, ComediHa! a offert environ 25 millions pour rafler la mise. Depuis que la transaction a été finalisée, le 7 juin dernier, la quasi-totalité des employés de JPR a été licenciée.

Lorsqu’il s’est protégé de ses créanciers, le Groupe Juste pour rire traînait des créances d’environ 50 millions. Sa chute risque de coûter jusqu’à 17 millions à son fondateur, Gilbert Rozon. Il s’agit du solde du prix de la vente survenue en 2018, une somme considérée comme une créance non garantie.

L’homme d’affaires s’est tourné vers les tribunaux dans l’espoir de se faire payer.

L’histoire jusqu’ici :

Mars 2018 : ICM Partners – qui appartient maintenant à Creative Artists Agency – achète JPR.

Mai 2018 : Bell et Groupe CH deviennent actionnaires.

5 mars 2024 : JPR se place à l’abri de ses créanciers.

24 mai 2024 : L’offre d’achat de ComediHa! est retenue.

En savoir plus
  • 2,4 millions
    Créances garanties des ex-propriétaires de JPR
    SOURCE : pwc