(Montréal) Après un régime minceur en raison de la pandémie, Groupe d’Alimentation MTY a finalement réalisé une acquisition en mettant la main sur BBQ Holdings pour un montant de 200 millions US, l’équivalent de 257 millions CAD.

Mis à jour le 9 août
Stéphane Rolland La Presse Canadienne

Les investisseurs attendaient que Groupe MTY retrouve l’appétit pour les acquisitions après une « longue pause » où elle a dû composer avec les contrecoups de la pandémie sur l’industrie de la restauration, souligne Derek Lessard, de Valeurs mobilières TD. « Nous pensons que les investisseurs vont bien réagir dans l’expectative d’autres transactions annoncées prochainement. »

BBQ Holdings, établie au Minnesota, exploite des établissements de restauration informelle dans 37 États aux États-Unis, au Canada et aux Émirats arabes unis. Ses marques phares sont exploitées sous les bannières « Famous Dave’s », « Village Inn », « Barrio Queen » et « Granite City ».

Son réseau compte 200 restaurants franchisés et plus de 100 restaurants dont elle est propriétaire. « BBQ Holdings est un réseau hautement complémentaire à celui de MTY », a commenté le chef de la direction, Éric Lefebvre, dans un communiqué, mardi.

L’offre de BBQ Holdings ajoute une diversification bienvenue au menu de l’entreprise montréalaise qui compte plus de 80 marques dont Valentine et Sushi Shop, croit l’analyste John Zamparo, de CIBC Marchés mondiaux. « Cette présence dans la restauration informelle va diversifier MTY dans un autre segment que les aires des restaurations dans les bureaux et centres commerciaux, un segment qui influence négativement l’opinion des investisseurs de manières disproportionnées. »

MTY augmente ainsi son empreinte aux États-Unis avec cette acquisition. Après la transaction, elle aurait 3900 établissements à travers le pays sur un total d’environ 7000, ce qui représente une augmentation de 9 %. La part des revenus générés aux États-Unis passerait de 58 % à 66 % du chiffre d’affaires total de l’entreprise.

La transaction ajouterait 13 % au bénéfice par action de MTY. Avec les synergies, cette augmentation pourrait atteindre 20 %, selon M. Zamparo. Avant la transaction, BBQ Holdings prévoyait qu’elle générerait des revenus d’entre 685 millions US et 725 millions US et un bénéfice avant impôts, intérêts et amortissement (BAIIA) d’entre 25,5 et 27,5 millions US en 2022.

BBQ Holdings génère toutefois peu de croissance interne, soit la croissance des établissements existants sans tenir compte des ouvertures et des acquisitions. Une situation semblable à ce que vit MTY, note l’analyste de CIBC Marché mondiaux. « Le manque de croissance interne dans les plus grandes enseignes de BBQ Holdings va entraîner plus de questions sur le sujet, mais nous croyons qu’il s’agit d’une transaction stratégique à des conditions financières intéressantes. »

M. Lefebvre avait déjà préparé le terrain pour cette annonce en avril dernier tandis qu’il avait dit aux analystes que l’activité de fusions-acquisitions revenait à la normale dans l’industrie de la restauration.

En juillet, il avait indiqué que la hausse des taux d’intérêt militait en faveur d’une plus grande attention au remboursement de la dette, ce qui a permis à l’entreprise « d’épargner beaucoup d’argent ». « Ceci étant dit, notre préférence est toujours d’effectuer une bonne acquisition que nous pouvons ajouter à notre portefeuille. C’est toujours une priorité. »

En après-midi, l’action de MTY gagnait 2,48 $, ou 4,25 %, à 60,85 $ à la Bourse de Toronto.