Huit à neuf semaines de vacances dès l’embauche. Du télétravail illimité — même à l’étranger — pour tous les employés qui le demandent. La flexibilité de choisir ses avantages sociaux en fonction de ses besoins. La PME de Boucherville Tootelo a commencé à dérouler le tapis rouge à ses employés bien avant la pénurie de main-d’œuvre actuelle, et la stratégie semble aujourd’hui porter ses fruits.

Publié le 17 juillet
Maxime Bergeron
Maxime Bergeron La Presse

La programmeuse informatique Salma Ouchraa a eu l’embarras du choix lorsqu’elle a décidé de revenir sur le marché du travail après la naissance de son bébé. Après avoir étudié plusieurs offres, elle a arrêté au printemps son choix sur une PME peu connue, mais qui l’a séduite : Tootelo.

Parmi les nombreux points qui l’ont attirée : la complicité évidente entre les collègues au moment de l’entrevue. La possibilité de faire du télétravail à sa guise à partir du Maroc, le pays d’où elle a immigré il y a deux ans. Et surtout : la fidélité des employés, dont plusieurs travaillent pour la boîte depuis 10 ou 15 ans.

« J’ai vu qu’il y avait beaucoup de gens qui sont des anciens, qui sont là depuis 6 ans, 10 ans, 17 ans », raconte Mme Ouchraa, chef d’une équipe de cinq personnes.

Pour une entreprise dans ce domaine-là, des gens qui restent autant de temps, ça veut dire qu’il y a quelque chose.

Salma Ouchraa

Ce « quelque chose », ils sont plusieurs à le ressentir dans la PME de 300 employés de Boucherville, sur la Rive-Sud de Montréal.

Une entreprise diversifiée

Le nom de Tootelo est peu connu du grand public, mais ses produits et services, eux, sont largement utilisés dans plusieurs industries. Fondée d’abord comme un centre d’appels par Benoit Brunel en 1994, l’entreprise s’est fortement diversifiée depuis pour devenir surtout axée sur les technologies de l’information.

Tootelo fait encore du service à la clientèle téléphonique et informatique pour une série de clients, comme Aéroports de Montréal, Olymel et la STM, avec sa filiale Telmatik. Elle exploite deux plateformes numériques — Immocontact et Bonjour-santé —, largement utilisées en immobilier et dans le secteur de la santé. Le groupe a aussi acheté quatre cliniques médicales au cours des dernières années.

Les activités de Tootelo ratissent large, et la mobilité des employés entre les différentes divisions est fortement encouragée. Ce qui pourrait contribuer au faible taux de roulement observé dans l’entreprise, croit Annie Blanchette, présidente par intérim, qui a reçu La Presse avec une demi-douzaine d’employés.

On a fait récemment une activité de reconnaissance pour souligner les 10 ans de 40 employés au sein de l’entreprise. Il y a 10 ans, nous n’étions que 67 employés… et 40 d’entre eux sont toujours avec nous.

Annie Blanchette, présidente par intérim chez Tootelo

Avantages « à la carte »

Si Tootelo possède une traditionnelle table de baby-foot, une bonne machine à café et des bureaux à aire ouverte dignes d’une jeune pousse techno, c’est surtout sa philosophie d’entreprise qui semble attirer — et retenir — les travailleurs. Les deux mots d’ordre : liberté et flexibilité.

Tootelo a commencé à offrir le télétravail dès 2006, à la demande de certains employés qui avaient des besoins spécifiques comme des handicaps. « C’était très innovateur à l’époque d’offrir le télétravail, et c’était la mesure qui sortait le plus du lot, souligne Annie Blanchette. L’autre mesure qui sortait vraiment du lot, c’était les six semaines de vacances qu’on offrait dès le départ. »

Les bureaux de Tootelo

  • Des espaces de rencontre

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    Des espaces de rencontre

  • Une table de baby-foot

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    Une table de baby-foot

  • Une cabine d’intimité pour les appels privés

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    Une cabine d’intimité pour les appels privés

  • Une chaise de massage dans un local insonorisé

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    Une chaise de massage dans un local insonorisé

  • Un espace café

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    Un espace café

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tootelo a continué à bonifier ses conditions de travail : le groupe offre aujourd’hui un système de rémunération « à la carte ». Les employés peuvent choisir entre une gamme d’avantages sociaux qui représentent en général de 12 % à 14 % de leur rémunération.

Certains vont décider de prendre plus de vacances — huit ou neuf semaines —, des assurances collectives extragratinées ou encore cotiser davantage à leur régime de retraite. D’autres, au contraire, choisissent de réduire au minimum leurs vacances et leurs avantages sociaux, en échange d’un salaire plus élevé.

On dit à tous les nouveaux : fais la liste de tes avantages sociaux qui sont importants pour toi, et : “Parfait, voici ce qu’on peut t’offrir.”

Rosemarie Boulanger, responsable du développement humain

« Il s’agit vraiment d’aller chercher ce qui te rejoint toi-même, parce que les besoins de tout le monde sont complètement différents », souligne Rosemarie Boulanger.

Parmi les autres avantages que laisse miroiter Tootelo à ses employés, on compte des horaires flexibles, un congé payé le jour de son anniversaire et une participation à l’actionnariat de l’entreprise. La PME fait un chiffre d’affaires situé entre 20 et 30 millions par année, et la valeur des actions détenues par les employés a « toujours » progressé année après année, affirme Annie Blanchette.

La patronne ne s’inquiète pas du tout de la productivité des employés en télétravail — à peine 10 à 20 d’entre eux se rendent ces jours-ci dans les bureaux fraîchement rénovés du groupe. « On mise beaucoup sur cette relation-là, qui est une relation de confiance, avec des petites équipes, ce qui fait qu’on n’est pas dans la microgestion. »