Canada Goose Holdings a vu ses ventes diminuer en Asie au cours du plus récent trimestre, dans un contexte de nouvelles restrictions contre la COVID-19 et de fermetures de magasins généralisées en Chine.

Mis à jour le 19 mai
Brett Bundale La Presse Canadienne

Le fabricant de parkas de luxe a indiqué jeudi que ses ventes dans la région Asie-Pacifique s’étaient élevées à 70,6 millions pour le trimestre clos le 3 avril, après avoir été de 77,7 millions un an plus tôt.

Les ventes au Canada, aux États-Unis et en Europe ont toutes augmenté, portant les revenus totaux pour le quatrième trimestre de son exercice 2022 à 223,1 millions, contre 208,8 millions lors de la même période l’an dernier.

« D’un point de vue géographique, nos performances de vente au détail en Amérique du Nord ont été le principal moteur de croissance », a expliqué jeudi le président et chef de la direction de Canada Goose, Dani Reiss, lors d’une conférence téléphonique.

« La confiance des consommateurs reste forte et les acheteurs sont revenus aux tendances d’avant la pandémie. »

Ses commentaires interviennent alors que la société a annoncé une perte nette de 9,1 millions au cours de son plus récent trimestre, contre un bénéfice de 2,5 millions un an plus tôt. La perte par action s’est élevé à 9 cents pour le trimestre clos le 3 avril, comparativement à un bénéfice par action de 2 cents au même trimestre l’an dernier.

En ce qui a trait aux perspectives de l’entreprise, M. Reiss a assuré que Canada Goose détenait les stocks nécessaires pour le moment où la demande rebondira complètement.

De nombreux pairs ont souligné les problèmes persistants de la production et de la chaîne d’approvisionnement, ainsi que les retards logistiques. Cela n’a pas été un problème pour nous au cours du trimestre, et nous ne nous attendons pas non plus à ce que ça le soit dans l’année à venir.

Dani Reiss, président et chef de la direction de Canada Goose

« Nous continuons d’être préservés de manière unique des problèmes de chaîne d’approvisionnement grâce à notre fabrication canadienne, qui représentait 84 % de nos unités totales pendant l’année calendaire 2021. »

Malgré tout, Canada Goose a dû faire face à une hausse des coûts de transport.

« Nous continuons d’anticiper et de surveiller l’escalade des coûts en fonction à la fois des contraintes de fret et de la vitesse requise pour organiser les stocks ou livrer aux consommateurs », a indiqué la société dans son rapport de gestion.

En excluant les éléments extraordinaires, Canada Goose a réalisé un bénéfice ajusté par action de 4 cents pour son plus récent trimestre, alors qu’il avait été de 1 cent par action un an plus tôt.

Les analystes s’attendaient à ce que Canada Goose enregistre une perte ajustée de 1 cent par action sur des revenus de 222,7 millions, selon les prévisions recueillies par la société de données financières Refinitiv.

Pour l’ensemble de l’exercice, son bénéfice net a augmenté de 35 % pour atteindre 94,6 millions, tandis que les revenus ont augmenté de 21,5 % pour atteindre près de 1,1 milliard.

Prévisions

Dans ses prévisions pour le premier trimestre, la société a dit s’attendre à réaliser des revenus de 60 millions à 65 millions et une perte ajustée d’entre 60 cents et 64 cents par action.

Pour l’ensemble de l’exercice 2023, Canada Goose mise sur des revenus totaux d’entre 1,3 milliard et 1,4 milliard, et sur un bénéfice ajusté d’entre 1,60 $ et 1,90 $ par action.

La société a cependant précisé que les restrictions liées à la COVID-19 pourraient continuer de peser sur l’amélioration de la demande.

Selon Canada Goose, l’émergence potentielle d’un nouveau variant pourrait avoir un impact négatif sur les activités, notamment si devaient survenir des fermetures temporaires de magasins de détail et d’installations de fabrication et des perturbations de la chaîne d’approvisionnement.

À la Bourse de Toronto, l’action de Canada Goose a grimpé jeudi de 2,21 $, soit 9 %, pour clôturer à 26,75 $.