Les profits d’Hydro-Québec ont franchi la barre des 2 milliards pour le seul premier trimestre, alors que plusieurs records de consommation d’électricité ont été battus à cause du froid et que l’économie roule à fond.

Publié le 13 mai
Hélène Baril
Hélène Baril La Presse

Le bénéfice net des trois premiers mois de l’année a atteint 2,06 milliards, en hausse de 421 millions comparativement à la même période l’an dernier.

« Nous amorçons l’année avec une performance financière digne de mention », a commenté Jean-Hugues Lafleur, vice-président exécutif et chef de la direction financière d’Hydro-Québec. Le volume des ventes sur l’ensemble de nos marchés a atteint un sommet historique pour les trois premiers mois de l’année ».

La demande d’électricité a dépassé à plusieurs reprises cet hiver un record qui remontait à 2004 en raison du froid. La température moyenne du mois de janvier a été de -14 C, comparativement à -7 C en janvier 2021.

Plusieurs autres facteurs ont aussi joué en faveur d’Hydro-Québec. La consommation d’énergie a augmenté dans les secteurs commercial et industriel en raison de la solide croissance de l’économie québécoise.

Aussi, le prix de l’aluminium a atteint des records sur le marché international, ce qui a fait gonfler les profits générés par les contrats spéciaux avec les alumineries qui sont liés au prix du métal.

Au total, les revenus provenant des ventes d’électricité au Québec sont en hausse de 546 millions comparativement à l’an dernier.

Guerre en Ukraine

Hydro-Québec a aussi profité indirectement de la guerre en Ukraine, qui a fait exploser le coût de l’énergie, dont celui du gaz naturel qui sert de base à celui de l’électricité exportée sur le marché américain.

La société d’État a obtenu un prix moyen de 7,4 cents le kilowattheure comparativement à 5,1 cents pour le premier trimestre l’an dernier. Le volume des exportations a toutefois diminué par rapport à l’an dernier, à cause du froid qui a mobilisé plus d’électricité pour les besoins du Québec. La température moyenne du mois de janvier a été de -14 C, comparativement à -7 C en janvier 2021.

Les exportations ont quand même rapporté 115 millions de plus que l’an dernier, soit 646 millions.

Le vice-président d’Hydro-Québec a souligné que l’entreprise a pu exporter des quantités importantes d’électricité, même avec l’augmentation importante de la demande au Québec.

Pour satisfaire cette demande record enregistrée au Québec en janvier. Hydro-Québec a dû acheter davantage d’électricité sur les marchés voisins. Ces importations ont coûté 269 millions de plus qu’au premier trimestre de l’an dernier.

Au premier trimestre de 2022, la société d’État a investi davantage dans ses installations, soit 856 millions comparativement à 717 millions l’an dernier.