(Toronto) Le grand patron de la Banque TD a prévenu jeudi que la hausse du taux d’imposition des sociétés ciblant les institutions financières, annoncée dans le budget fédéral de la semaine dernière, « pourrait avoir des conséquences imprévues ».

Mis à jour le 14 avril
Adena Ali La Presse Canadienne

Lors de l’assemblée annuelle des actionnaires de la banque, le chef de la direction, Bharat Masrani, a affirmé que le gouvernement fédéral avait choisi de « cibler » le secteur bancaire canadien avec cette mesure.

Le budget de 2022 des libéraux comprenait une hausse de 1,5 point de pourcentage du taux d’imposition sur les profits bancaires supérieurs à 100 millions, ainsi qu’un impôt ponctuel de 15 % sur les revenus imposables supérieurs à 1 milliard pour l’exercice financier 2021 — une décision qui, selon les dirigeants des grandes banques canadiennes, pourrait nuire à la compétitivité du Canada sur la scène mondiale.

M. Masrani a également exhorté le gouvernement canadien à « réduire les déficits accumulés pendant la pandémie et à se concentrer sur la croissance » dans un contexte de montée en flèche de l’inflation et de difficultés persistantes de la chaîne d’approvisionnement.

Il a appelé à de nouvelles capacités de fabrication et de production pour aider à naviguer et à atténuer la crise de l’offre et à prévenir l’inflation à long terme.

La stratégie climatique de la TD a été évoquée à plusieurs reprises au cours de l’assemblée, à l’instar des précédentes assemblées d’actionnaires de banques canadiennes ces deux dernières semaines. La banque a été particulièrement questionnée au sujet de sa participation au projet d’expansion du pipeline Trans Mountain.

Comme les autres grandes banques du pays, la TD s’est engagée à être carboneutre d’ici 2050, mais elle continue de financer et de conseiller des projets de combustibles fossiles.

M. Masrani a précisé que la TD s’appliquait à s’assurer que la voie vers la carboneutralité était « juste et ordonnée » et qu’un approvisionnement soutenu en énergie est un élément important de la transition vers une économie à faibles émissions de carbone. Il a ajouté qu’il pourrait y avoir des impacts sociétaux négatifs si cet approvisionnement était brusquement coupé.

L’inégalité du partage des richesses et l’écart de rémunération dans les grandes organisations entre les cadres et les travailleurs moyens ont également été évoqués, en particulier lors d’une demande pour que la banque publie ses ratios de rémunération.

La TD a annoncé mercredi, dans une note interne, une augmentation de salaire de 3,0 % pour la plupart de ses employés non cadres, à compter du 1er juillet.

La banque a également été interrogée sur la Loi sur les mesures d’urgence invoquée par le gouvernement fédéral en février, lors des manifestations contre les mesures anti-COVID à Ottawa. Plus de 200 comptes bancaires ont alors été gelés.

M. Masrani a précisé que la TD suivait les règles qui s’appliquent au secteur financier canadien et que c’était exactement ce qu’elle a fait à l’époque.

L’assemblée annuelle des actionnaires s’est tenue en personne et pouvait être visionnée en direct par webdiffusion.