(New York) L’action Spotify dérapait mercredi après la publication de prévisions jugées décevantes par le marché, bien que le service de musique en ligne ait fait mieux que prévu au quatrième trimestre.

Mis à jour le 2 février
Agence France-Presse

Dans les échanges électroniques postérieurs à la clôture de Wall Street, le titre de la société suédoise, cotée à New York, lâchait 10,22 % à 172,30 dollars.

Au quatrième trimestre, la plateforme a franchi la barre des 400 millions d’utilisateurs actifs, à 406 millions, en hausse de 18 % sur un an, un rythme qui ralentit progressivement au fil des trimestres.

La croissance du nombre d’abonnés payants décélère aussi, même si elle a encore atteint 16 % sur un an, avec un total de 180 millions d’utilisateurs payants fin 2021.

Le groupe prévoit d’atteindre 418 millions d’utilisateurs actifs mensuels et 183 millions d’abonnés payants à la fin du premier trimestre, ce qui correspond aux attentes des analystes. Si le service parvenait à remplir ses objectifs, il afficherait néanmoins un taux de croissance encore inférieur à celui du quatrième trimestre.

Le marché a retenu la marge prévue pour les trois premiers mois de 2022, en assez net repli à 25,0 %, par rapport aux 26,5 % du dernier trimestre de 2021, qui constituaient déjà un repli par rapport à la période précédente.  

Spotify n’a pas fait mention d’un quelconque impact de la polémique dont il est actuellement l’objet, avec pour élément déclencheur le podcast de l’animateur vedette Joe Rogan.

Accusant l’humoriste de véhiculer des théories complotistes contre la vaccination anti-COVID-19, le chanteur Neil Young a récemment demandé à faire retirer sa musique de la plateforme. Il a été imité depuis par d’autres artistes, de la chanteuse folk Joni Mitchell à l’artiste R & B India. Arie.

« Nous essayons de trouver un équilibre entre l’expression créative et la sûreté de nos utilisateurs », a déclaré le PDG et fondateur, Daniel Ek, lors de la conférence téléphonique de présentation des résultats.

Il a rappelé qu’il avait déjà annoncé dimanche des mesures pour contextualiser les contenus qui pourraient être considérés comme de la désinformation.

Tous les podcasts évoquant la COVID-19 seront désormais assortis de liens vers des informations factuelles et sourcées scientifiquement sur la pandémie.

Daniel Ek a aussi dit avoir « une grande confiance » dans la trajectoire de la publicité sur la plateforme.

Le dirigeant a laissé entendre que si des annonceurs ne souhaitaient pas acheter des espaces dans le podcast de Joe Rogan, le plus populaire de la plateforme en 2021, « il y en (avait) pour tout le monde », avec une large offre de programmes.

Au quatrième trimestre, le chiffre d’affaires s’est inscrit à 2,689 milliards d’euros, en progression de 24 % sur un an. Spotify a fini la période sur une perte nette de 39 millions d’euros.