(Montréal) L’action de Quincaillerie Richelieu a bondi de près de 8 % après le dévoilement de résultats meilleurs que prévu, jeudi. La société montréalaise continue de profiter de la vigueur du marché de la rénovation, particulièrement dans le marché des fabricants.

Mis à jour le 20 janvier
Stéphane Rolland La Presse Canadienne

Le président et chef de la direction, Richard Lord, croit que les ventes dans le marché des fabricants continueront d’être vigoureuses au cours de la prochaine année. Les ventes dans ce segment ont augmenté de 27,8 % à 265,1 millions.

« Le meilleur indicateur que nous avons vient de nos vendeurs », a-t-il dit à un analyste qui se demandait si la tendance observée était temporaire, lors d’une conférence visant à discuter des résultats du quatrième trimestre. « Ils sont constamment en contact avec nos clients manufacturiers. Ils nous confirment que nos clients sont très occupés et qu’ils vont être occupés pour le reste de l’année. »

L’inflation pourrait représenter un nuage à l’horizon, admet-il, mais « il faut rappeler que les gens ont accumulé beaucoup d’argent durant la pandémie ».

La vigueur de ce segment vient compenser le « retour à la normale » dans le marché des détaillants où les ventes se comparent à une période où l’engouement pour les projets personnels de rénovation était sans précédent.

Les ventes comparables dans le marché des détaillants sont en baisse, mais les acquisitions ont permis de compenser le recul des activités existantes. Le segment a ainsi enregistré une augmentation de 10,4 % de ses ventes à 59,5 millions. « Il faut garder en tête qu’on se compare à une année très forte, nuance Antoine Auclair, chef des finances de l’entreprise. Nous pensons revenir à une comparaison plus normale au cours de la deuxième année. »

Résultats supérieurs aux attentes

Meaghen Annett, de Valeurs mobilières TD, accueille favorablement les résultats. « La croissance dans le marché des fabricants demeure forte pendant que les ventes au détail sont plus résilientes que nous avions anticipé. »

Pour le quatrième trimestre (terminé le 30 novembre), l’entreprise montréalaise a dévoilé un bénéfice net attribuable aux actionnaires en hausse de 64,6 % à 44,6 millions, par rapport à la même période l’an dernier.

Le bénéfice ajusté net par action atteint 0,79 $, par rapport à 0,48 $ à la même période l’an dernier. Les ventes, quant à elles, ont augmenté de 24,8 % à 398,2 millions.

Avant la publication des résultats, les analystes anticipaient un revenu de 366,7 millions et un bénéfice par action de 0,62 $, selon les données de la firme Refinitiv.

Les ventes sont en hausse, tant au Canada (21 %) qu’aux États-Unis (39,3 %), pour s’établir à 260,1 millions et 109,9 millions US, respectivement.

La société a indiqué qu’elle avait conclu cinq acquisitions au cours de l’exercice 2021, qui représentent ensemble des ventes annuelles de 80 millions. Elle a aussi affirmé avoir acheté trois autres sociétés depuis la fin de l’exercice pour des ventes estimées à 100 millions. « Antoine n’a pas eu le droit à ses vacances de Noël », a blagué M. Lord.

L’entreprise a aussi annoncé une augmentation de 86 % de son dividende trimestriel à 13 cents.

L’action a clôturé en hausse de 3,69 $, ou 8,3 %, à 48,35 $ à la Bourse de Toronto, jeudi.