Le loueur d’avions Aviation Capital Group (ACG) a signé un protocole d’accord pour 20 avions A220 et un contrat ferme pour 40 appareils de la famille A320neo, dont cinq A321XLR, a annoncé Airbus par voie de communiqué jeudi.

Publié le 30 déc. 2021
André Dubuc
André Dubuc La Presse

Un protocole d’accord (Memorandum of Understanding) est un contrat préliminaire au contrat d’achat ferme, explique Annabelle Duchesne, porte-parole d’Airbus Canada, dans un entretien.

Advenant un dénouement favorable, les 20 appareils seraient vraisemblablement assemblés à Mirabel, selon Mme Duchesne, comme c’est généralement le cas pour les avions achetés par des loueurs d’avions.

Il s’agirait d’un premier contrat direct d’ACG pour des avions de la famille A220.

À ce stade, on ignore si la commande vise le plus petit modèle, A220-100, ou le modèle le plus populaire, l’A220-300. Le prix qui sera payé par ACG n’a pas non plus été divulgué.

« Nous sommes ravis d’élargir notre portefeuille avec des appareils supplémentaires de la famille A220 et A320neo. Ces appareils très performants renforceront l’objectif stratégique d’ACG qui est d’offrir à ses compagnies aériennes clientes les appareils les plus modernes et les plus économes en carburant disponibles », a déclaré Thomas Baker, PDG d’ACG, dans un communiqué publié par Airbus, le jeudi 30 décembre. ACG est détenue à 100 % par Tokyo Century Corporation.

« Cette commande est une autre reconnaissance des avantages de nos produits monocouloirs par l’un des principaux gestionnaires d’actifs aéronautiques au monde, ACG et le Tokyo Century Group. Elle confirme également avec force que l’A220 est un avion de plus en plus recherché dans le paysage de l’aviation commerciale », a dit dans ce même communiqué Christian Scherer, directeur commercial en chef et patron d’Airbus International.

L’A220 est le seul avion spécialement conçu pour le marché des 100 à 150 places. Équipé des moteurs PW1500G de Pratt & Whitney, il est plus silencieux, plus économe en carburant et produit moins de GES par siège que des avions de générations précédentes.

Airbus emploie 2500 personnes à ses installations de Mirabel. Le fabricant a livré 186 appareils A220 au 30 novembre dernier, plus récent chiffre disponible. Son carnet de commandes historique s’élève à 650 avions, en excluant les 20 appareils commandés par ACG puisqu’ils ne font pas encore l’objet d’un contrat ferme. Cette nouvelle vente pourrait donc faire passer de 464 à 484 le nombre d’appareils encore à construire.

« Les A220 se portent très bien malgré les aléas de la pandémie, dit Mme Duchesne. Nos clients pensent à l’avenir. Les compagnies aériennes misent sur des avions nouveaux moins énergivores et qui ont des coûts d’exploitation plus bas. »

En réaction au carnet de commandes qui s’épaissit, le constructeur s’apprête à augmenter sa capacité de production. « On va ouvrir en janvier notre ligne de préassemblage à Mirabel servant à préparer des tronçons de fuselage pour nos deux usines de Mirabel et de Mobile », indique Mme Duchesne. Actuellement, Airbus assemble 5 appareils A220 par mois. Elle passera à 6 au début de 2022. Elle a l’objectif de monter à un rythme mensuel de 14 avions d’ici 2025.

Année faste

Ce nouveau contrat marque une fin d’année faste pour l’avionneur européen, qui pour le seul mois de décembre a engrangé une commande ferme de 100 avions de la famille A320neo par le groupe Air France-KLM assortie d’options pour 60 appareils supplémentaires. Cette commande est symbolique puisque les avions sont destinés à KLM, Transavia Holland et Transavia France, des compagnies précédemment équipées de Boeing 737.

Airbus a également raflé au géant de Seattle un autre marché symbolique, la compagnie aérienne australienne Qantas ayant signé un accord de principe pour acquérir jusqu’à 134 A320 et A220 pour remplacer les Boeing 717 et 737 utilisés sur les lignes intérieures de l’île-continent.

En novembre, l’avionneur européen avait déjà accumulé les commandes lors du salon aéronautique de Dubaï, le premier d’ampleur depuis la pandémie.

Airbus dénombrait fin novembre plus de 6250 appareils monocouloirs (familles A320 et A220) à livrer, tandis que Boeing comptabilisait un peu moins de 3400 appareils de type 737 dans son carnet de commandes.

Sur les 11 premiers mois de l’année, l’avionneur européen a enregistré 610 commandes brutes (368 nettes compte tenu des annulations et modifications de commandes).

Avec Agence France-Presse

1,8 milliard US

Valeur estimée d’une commande de 20 appareils A220 dans sa version de plus de 120 sièges. Les acheteurs bénéficient souvent de généreux rabais sur le prix catalogue.