(Toronto) Le président et chef de la direction de RBC, David McKay, estime que bien que le variant Delta de la COVID-19 pourrait ralentir la reprise économique, il ne devrait pas réussir à arrêter l’élan actuel.

Ian Bickis La Presse Canadienne

S’exprimant mercredi lors d’une conférence téléphonique pour discuter des résultats trimestriels, il a déclaré qu’étant donné les taux de vaccination au Canada, la banque n’anticipe pas le type de fermeture économique que le pays a vécu l’année dernière et au début de 2021, et s’attend plutôt à un ralentissement du retour au travail et à d’une réouverture complète.

« Ce qui va se passer avec le variant Delta, cela peut suspendre des choses pendant un mois ou deux, car nous devons composer avec et nous assurer de ne pas submerger le système de santé. C’est un peu inquiétant de voir les chiffres », a-t-il déclaré.

« Mais cela ne renversera pas, je pense, l’essentiel de l’élan que nous avons. Donc, toujours très positif quant aux progrès continus de la réouverture de l’économie au cours des 12 à 24 prochains mois. »

Parallèlement aux impacts des variants de la COVID-19, il a déclaré que la banque surveille d’autres défis pour la croissance mondiale, notamment le déploiement inégal de vaccins à l’échelle mondiale, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, l’augmentation du risque géopolitique et la poursuite des restrictions de voyage dans le monde.

La banque, cependant, est encouragée par des indicateurs économiques tels que la hausse des dépenses par carte de crédit et des investissements des entreprises, puise dans les fonds de roulement d’exploitation et la croissance des prêts d’actifs à terme.

« Vous observez tous les signes d’une confiance économique », a résumé M. McKay.

La banque a également connu une croissance importante des prêts hypothécaires, en hausse de 37 milliards sur un an, dont plus de 9 milliards au troisième trimestre, une tendance à la croissance qui sevrait se poursuivre, selon M. McKay, bien qu’à un rythme plus lent que ce qui s’est passé au cours de l’« exceptionnelle » l’année dernière.

La hausse des prêts hypothécaires a coïncidé avec une forte hausse des prix des logements, mais M. McKay a déclaré que la banque ne s’inquiétait pas tant de la qualité de son portefeuille de crédit que des enjeux macroéconomiques à long terme.

« Là où je m’inquiète, a-t-il déclaré, c’est que plus les consommateurs investissent de liquidités dans le parc immobilier, moins il y en a pour stimuler l’économie. Je pense donc que tous les décideurs s’inquiètent en partie aussi d’un frein économique sur le long terme à cause de ces nombreux flux de trésorerie consacrés au logement ».

Il s’est abstenu de commenter les propositions spécifiques de politiques en matière de logement présentées lors de la campagne électorale, qui abordent tous les aspects, de l’interdiction des enchères à l’aveugle et des acheteurs étrangers aux subventions au loyer et aux engagements d’ajout de logements, affirmant que des politiques sont nécessaires pour équilibrer les besoins, la prospérité et le bonheur des Canadiens.

Pour l’instant, les prêts hypothécaires ont contribué à augmenter les bénéfices de la RBC, bien que la banque ait enregistré des gains beaucoup plus importants grâce à la poursuite de la réduction de ses provisions pour pertes sur créances.

Le bénéfice s’est établi à 4,3 milliards, ou 2,97 $ par action diluée au cours du trimestre, par rapport à 3,2 milliards ou 2,20 $ par action diluée au même trimestre l’an dernier.

La banque a déclaré un renversement de 540 millions de ses provisions pour pertes sur créances au cours du trimestre se terminant le 30 juillet, comparativement aux 675 millions qu’elle avait mis de côté pour les pertes l’an dernier.

Les revenus ont totalisé 12,8 milliards, comparativement à 12,9 milliards l’an dernier.

Le bénéfice ajusté par action a totalisé 3 $ par action diluée pour le trimestre comparativement à un bénéfice ajusté de 2,23 $ par action diluée un an plus tôt.

Les analystes s’attendaient en moyenne à un bénéfice de 2,71 $ par action, selon le site d’information financière Refinitiv.

Les provisions pour pertes sur créances ont été l’un des principaux indicateurs des analystes, a déclaré John Aiken, le responsable de la recherche au Canada pour Barclays, dans un rapport.

« Les provisions étaient nettement inférieures aux attentes, tant sur une base de performance que de dépréciation, ce qui, selon nous, a ajouté environ 0,30 $ par action au bénéfice. Les soldes de prêts dépréciés étaient en baisse dans toutes les zones géographiques avec une baisse significative des nouvelles formations. »

Alors que les bénéfices étaient à peu près conformes aux attentes à l’exception de l’augmentation des provisions, M. Aiken a déclaré qu’il était encouragé par le fait que la banque se soit montrée solide dans certains secteurs comme les services bancaires aux particuliers et la gestion de patrimoine.

RBC a déclaré que ses activités bancaires personnelles et commerciales ont généré 2,11 milliards, par rapport à 1,37 milliard il y a un an, grâce à un renversement de ses provisions pour pertes sur créances.

La gestion de patrimoine a enregistré un bénéfice de 738 millions, comparativement à 562 millions au même trimestre l’an dernier, tandis que les activités d’assurance de RBC ont généré 234 millions, par rapport à 216 millions il y a un an.

La division des marchés des capitaux de RBC a contribué à hauteur de 1,13 milliard, comparativement à 949 millions au même trimestre l’an dernier, grâce au renversement de ses provisions pour pertes sur créances et aux revenus records des services bancaires aux entreprises et d’investissement.

Les services aux investisseurs et de trésorerie ont enregistré un bénéfice net de 88 millions, par rapport à 76 millions il y a un an.