(Québec) La société de conseil aux actionnaires Glass Lewis a choisi une position contraire à celle de sa semblable Institutional Shareholder Services en recommandant que les actionnaires minoritaires d’Exfo votent contre la proposition du fondateur de privatiser la société.

La Presse Canadienne

Une assemblée extraordinaire des actionnaires aura lieu le 13 août pour voter sur l’offre présentée le 7 juin par le fondateur et actionnaire majoritaire de l’entreprise, Germain Lamonde.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Le siège social d’Exfo à Ville-St-Laurent.

En vertu de l’accord, les actionnaires recevront 6 $ US par actions avec droit de vote subalterne, ce qui représente une prime de 62 % par rapport à la valeur des actions le jour précédent.

Glass Lewis a critiqué M. Lamonde pour son rejet « obstiné » de la proposition du concurrent Viavi Solutions de payer 8 $ US par action et pour le rejet du comité spécial d’Exfo face aux approches répétées de Viavi.

Le cabinet de conseil affirme qu’il est « fondamentalement problématique » que le comité spécial, chargé de veiller à ce que les intérêts des actionnaires minoritaires soient pris en compte, s’appuie sur la position de l’actionnaire majoritaire d’Exfo pour donner son feu vert à une proposition substantiellement inférieure.

L’avis de Glass Lewis diffère de celui d’ISS, qui a indiqué soutenir l’offre du fondateur d’Exfo.

M. Lamonde contrôle directement ou indirectement 61,46 % des actions émises et en circulation d’Exfo et 93,53 % des droits de vote.

« [Nous] ne voyons aucune raison pour que les investisseurs minoritaires récompensent fonctionnellement l’approche apparemment indifférente de M. Lamonde en matière de privatisation », a expliqué Glass Lewis.

Les actionnaires d’Exfo devraient se demander : si M. Lamonde n’est pas prêt à vendre ses actions à 8 $ US, pourquoi devraient-ils approuver son achat des actions pour 6 $ US ?

La société de conseil aux actionnaires Glass Lewis

Le conseil d’administration d’Exfo, aidé par des conseillers juridiques et suite à la recommandation unanime des membres indépendants, a affirmé qu’il n’appuyait pas la proposition de Viavi parce que les « déclarations univoques » de M. Lamonde faisaient en sorte qu’elle ne pourrait pas être complétée et qu’il n’y a pas de « proposition supérieure au sens de la convention d’arrangement ».

Viavi a soumis une offre de 4,75 $ US par action en espèces en novembre dernier, qui a été améliorée à 5,25 $ US en mai, puis portée à 8,00 $ US.

Fondée en 1985, Exfo fabrique des équipements de test, de surveillance et d’analyse pour l’industrie des communications.