(Tokyo) Les résultats de la compagnie aérienne Japan Airlines (JAL) sont restés dans le rouge sur son premier trimestre 2021/22 (avril-juin), selon des chiffres publiés mardi, et le groupe nippon n’a toujours pas formulé de prévisions pour l’ensemble de l’exercice.

Agence France-Presse

La perte nette du groupe, très éprouvé par la pandémie depuis début 2020, s’est fixée à 57,9 milliards de yens (663 millions $) sur le trimestre écoulé, selon un communiqué.

Cette perte est toutefois inférieure à celle qu’avait accusée JAL au premier trimestre 2020/21 (-93,7 milliards de yens), quand le secteur aérien mondial avait été presque totalement paralysé par la pandémie. JAL avait subi une perte annuelle record sur l’ensemble de l’exercice 2020/21, équivalente à 2,2 milliards d’euros.

Sur le trimestre écoulé, sa perte d’exploitation (Ebit) s’est élevée à 82,6 milliards de yens, contre une perte de 131 milliards de yens un an plus tôt.

Si ses ventes trimestrielles ont rebondi de plus de 74 % sur un an, à 133 milliards de yens, elles sont encore très loin de leurs niveaux d’avant la pandémie.

L’activité de transport passagers de JAL à l’international est encore en berne, alors que les frontières du Japon restent presque entièrement fermées aux non-résidents du pays, hormis quelques exceptions.

Son activité passagers sur les vols intérieurs s’est en revanche améliorée sur un an, tout comme son activité dans le fret aérien.

« À l’heure actuelle, il est difficile de prédire raisonnablement la reprise de la demande du trafic passagers », tant à l’international que pour les vols intérieurs au Japon, a expliqué JAL dans son communiqué.

Le groupe compte publier des prévisions annuelles quand la situation sanitaire se sera davantage stabilisée au Japon et ailleurs.

Le Japon, où la vaccination a démarré bien plus lentement que dans d’autres pays industrialisés, est actuellement confronté à la plus importante vague de COVID-19 qu’il ait connue depuis l’apparition du coronavirus sur son sol début 2020.

Cela a contraint le gouvernement à réinstaurer l’état d’urgence à Tokyo le mois dernier, un dispositif récemment prolongé jusqu’au 31 août et élargi à quatre départements supplémentaires dans le pays. Dans le cadre de l’état d’urgence, les autorités déconseillent notamment les voyages non essentiels.

La semaine dernière, l’autre grande compagnie aérienne japonaise ANA Holdings avait elle aussi publié une perte nette sur son trimestre d’avril à fin juin, tout en confirmant son objectif de revenir très légèrement dans le vert sur l’ensemble de son exercice annuel.