(Paris) Airbus a annoncé vendredi avoir renoué avec les commandes en février, avec 11 appareils, mais a enregistré parallèlement 92 annulations, pour l’essentiel dues à la compagnie aérienne Norwegian en difficulté.

Agence France-Presse

Parmi les 92 annulations de commandes, 88 concernent des monocouloirs A320 et A321 destinés à Norwegian, tandis qu’une compagnie chinoise a pour sa part renoncé à deux long-courriers A350, a précisé un porte-parole à l’AFP.

Les commandes concernent notamment 10 A320 pour un client qui n’a pas souhaité être identifié, selon un communiqué.

Les commandes nettes depuis le début de l’année sont donc en terrain négatif de 81 appareils, l’avionneur n’ayant enregistré ni commande ni annulation en janvier.

Ces annulations ne représentent aucun risque pour l’activité immédiate d’Airbus dont le carnet de commandes s’établissait fin février à 7050 appareils, dont 5761 de la famille A320, soit plusieurs années de production.

Avec leurs finances saignées par l’effondrement du trafic aérien dû à l’épidémie de COVID-19, de nombreuses compagnies aériennes cherchent à repousser les livraisons des appareils commandés, qui sont aussi le moment où elles paient la majorité du prix de l’avion.

Airbus reste à ce stade épargné par les annulations en cascade, les compagnies cherchant à rester bien positionnées lorsque le trafic reprendra.

L’avionneur a livré 32 appareils en février, dont 29 A320.

Le constructeur aéronautique européen, qui a essuyé une perte de 1,1 milliard d’euros en 2020, prévoit de livrer cette année « le même nombre d’avions » que les 566 de l’an passé.