(New York) La compagnie United Airlines, chargée par la Poste américaine de livrer du courrier à l’étranger, a accepté de s’acquitter d’une pénalité financière de 49 millions de dollars aux États-Unis pour ne pas avoir respecté le contrat.  

Agence France-Presse

« Au lieu de s’acquitter de cette obligation en toute transparence, United a escroqué La Poste américaine en fournissant des informations de livraison de colis falsifiées pendant plusieurs années et en acceptant des millions de dollars de paiements auxquels l’entreprise n’avait pas droit », a expliqué dans un communiqué le procureur général adjoint du ministère de la Justice, Nicholas McQuaid.  

Comme d’autres compagnies aériennes, United Airlines livre, au nom de la Poste américaine, des lettres et paquets destinés à l’étranger, y compris aux soldats américains déployés en dehors du pays.  

Selon les termes du contrat, United n’est payé entièrement que si le courrier est livré « à temps » et que la compagnie le prouve par des reçus, via des numérisations de codes barres, au moment de la réception par leurs destinataires.  

Reçus falsifiés

Or entre 2012 et 2015, United a envoyé à la Poste des reçus falsifiés, basés non sur le réel moment de la livraison, mais sur une estimation.

Selon les autorités américaines, certains responsables de la compagnie ont aussi cherché à dissimuler ces pratiques.  

United Airlines, qui a versé 49 millions de dollars pour solder les poursuites, s’est aussi engagée à renforcer les contrôles pour s’assurer du respect de la réglementation et à fournir un rapport annuel sur le sujet.