(Montréal) Québecor demande l’intervention du premier ministre François Legault dans le litige qui l’oppose à Bell pour l’accès de Vidéotron à ses poteaux.

Lia Lévesque
La Presse Canadienne

« Il est urgent que le gouvernement du Québec prenne les mesures nécessaires pour ramener Bell à l’ordre », affirme Vidéotron, contactée vendredi. L’entreprise affirme avoir l’intention d’« en faire part au premier ministre » Legault.

« Les agissements de Bell mettent en péril le déploiement de l’internet haute vitesse au Québec et, au bout du compte, ce sont toutes les Québécoises et tous les Québécois qui risquent d’en subir les conséquences », ajoute l’entreprise de téléphonie, câblodistribution et internet.

Le gouvernement du Québec veut accélérer le branchement de milliers de foyers dans les régions à internet haute vitesse. Mais, pour y parvenir, Vidéotron doit avoir accès aux infrastructures, aux poteaux de Bell, par exemple.

Or, Vidéotron se plaint depuis des mois des réticences de son concurrent Bell et des délais.

Le mécontentement de Québecor a une fois de plus été exprimé par le président et chef de la direction, Pierre Karl Péladeau, lors d’une conférence avec les analystes financiers, jeudi.

Déjà, dans une lettre ouverte parue en octobre dernier, le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, s’était interrogé à savoir si le gouvernement devrait réévaluer la participation de Bell aux programmes publics d’extension des réseaux. « La question se pose et le ministre devrait l’envisager sérieusement », avait-il écrit, en interpellant le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon.

Triste diversion de Vidéotron, dit Bell

Invitée à commenter, Bell a donné une tout autre version des faits. « Il y a eu beaucoup de travail fait ces derniers mois en collaboration avec les membres de la Table de coordination et Hydro-Québec. Bell a clairement exprimé son engagement à soutenir le déploiement continu de l’internet haute vitesse dans les communautés non desservies du Québec et les nombreuses mesures que nous avons annoncées en sont la preuve. »

Bell laisse entendre que Vidéotron y serait pour quelque chose dans les retards pour brancher les foyers québécois. Le géant des télécommunications y voit une « triste tentative » de diversion de la part de Vidéotron.

« À ce jour, Vidéotron est la seule entreprise qui n’a pas encore signé les nouvelles ententes proposées par Bell et Hydro-Québec pour faciliter l’accès aux poteaux. Leurs nombreuses interpellations envers Bell sont de tristes tentatives pour détourner l’attention du fait que Vidéotron ne sera pas en mesure de tenir ses engagements et d’aider à connecter les 250 000 foyers qui n’ont pas encore accès à internet haute vitesse au Québec d’ici septembre 2022. Si Vidéotron travaillait aussi fort qu’ils se plaignent, nous serions tous beaucoup plus avancés », a répliqué Bell.