(Toronto) L’action de Magna International a bondi vendredi de 9,8 %, après que ses dirigeants ont assuré que le fabricant de pièces automobiles pourrait poursuivre sa croissance malgré la pénurie de puces informatiques qui sévit dans l’industrie automobile.

Anita Balakrishnan
La Presse Canadienne

« En ce qui concerne la pénurie de semi-conducteurs, nous constatons des perturbations à court terme de la production (des constructeurs). Cependant, à ce stade, toute pénurie devrait être comblée d’ici la fin de 2021 », a observé le directeur financier de Magna, Vincent Galifi, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes.

La pénurie de semi-conducteurs cette année a conduit plusieurs constructeurs automobiles, comme Stellantis et General Motors, à ralentir les activités de leurs usines canadiennes pendant certaines périodes en janvier ou en février. Cela fait suite à d’autres arrêts de chaînes de montage en Amérique du Nord, notamment ceux liés à la pandémie de COVID-19 l’an dernier et ceux de la grève des travailleurs syndiqués aux États-Unis en 2019.

Mais le nouveau chef de la direction de Magna, Seetarama Kotagiri, qui était auparavant responsable de la technologie et est devenu grand patron le 1er janvier, a laissé entendre que l’entreprise avait une stratégie d’investissement dans la haute technologie, les constructeurs automobiles ayant annoncé des engagements sur les véhicules électriques et certains géants de la techno, comme Apple, approfondissant leur expertise automobile.

En contournant une question qui lui demandait directement si Magna allait construire un véhicule pour Apple, M. Kotagiri a affirmé que la société de véhicules électriques Fisker, avec qui Magna construit un véhicule, n’était pas la seule sur son radar.

Magna surveille les universités et les entreprises en démarrage, car certaines jeunes pousses de technologie automobile voient leurs valorisations augmenter, a-t-il poursuivi. La société « a préparé beaucoup d’affaires » en 2020 et a travaillé sur les véhicules électriques et le lidar, une technologie utilisée dans les voitures autonomes.

« Je pense que la poussée vers l’électrification […] s’est définitivement accélérée par rapport à ce que nous avons vu », a affirmé M. Kotagiri. « Dans l’ensemble, nous voyons en fait cela comme une occasion d’aller de l’avant. »

Résultats et dividende en hausse

La société dit s’attendre à ce que son bénéfice net attribuable aux actionnaires s’établisse entre 2,1 milliards US et 2,3 milliards US pour le nouvel exercice. Cela représenterait une croissance par rapport au bénéfice net de 757 millions US de 2020, ainsi qu’à celui de 1,77 milliard US de 2019. M. Kotagiri a dit avoir bon espoir d’attendre cet objectif, puisque 90 % de ses ventes sont déjà engagées jusqu’en 2023.

Par ailleurs, Magna a annoncé qu’elle ferait passer son dividende trimestriel à 43 cents US par action, par rapport à celui de 40 cents US par action payé précédemment.

Magna a réalisé un bénéfice de 738 millions US, soit 2,45 $ US par action, pour le trimestre clos le 31 décembre, en hausse par rapport à celui de 440 millions US, ou 1,43 $ US par action, pour la même période un an plus tôt.

Sur une base ajustée, Magna a enregistré un bénéfice par action de 2,83 $ US pour son plus récent trimestre, en hausse par rapport à celui de 1,41 $ US de la même période un an plus tôt.

Les analystes s’attendaient en moyenne à un bénéfice ajusté de 2,02 $ US par action, à partir de revenus de 10,02 milliards US, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

Les ventes ont totalisé 10,57 milliards US, alors qu’elles avaient atteint 9,40 milliards US lors du même trimestre en 2019. Magna a augmenté sa production au plus récent trimestre, se remettant de l’impact de la COVID-19 encaissé plus tôt dans l’année. Au cours de la première moitié de 2020, la production de véhicules a diminué de 20 % en Amérique du Nord à cause de la pandémie, a précisé l’entreprise.

« Lorsque nous pensons à 2020, les premières choses qui nous viennent à l’esprit sont la COVID-19 et une année difficile, qui a changé nos vies, et nous pouvons tous nous retrouver dans cela », a observé M. Kotagiri. « Mais en fin de compte, nous avons été capables de nous en remettre rapidement. »

L’action de Magna a gagné vendredi 9,42 $ à la Bourse de Toronto, où elle a clôturé à 105,12 $.