Nouveau Monde Graphite a confirmé mardi son intention d’inscrire ses actions à la Bourse de New York ou au NASDAQ d’ici la fin de l’année pour améliorer sa visibilité et renforcer sa présence aux États-Unis.

Hélène Baril Hélène Baril
La Presse

« Une inscription additionnelle potentielle aux États-Unis est une étape naturelle dans la croissance et l’évolution de la Société », a fait savoir Éric Desaulniers, président-directeur général de l’entreprise qui veut extraire du graphite à Saint-Michel-des-Saints et le transformer en matériau de batterie pour véhicules électriques.

Le projet a reçu le feu vert du gouvernement du Québec qui permet le début de travaux estimés à 350 millions à Saint-Michel-des-Saints, où sont situés la mine et le concentrateur, et d’amorcer la production commerciale de graphite sphérique enrobé à Bécancour.

La production commerciale de matériaux de batteries pourra commencer dès cette année, dans une partie de l’usine d’Olin située dans le parc industriel. D’autres investissements de plusieurs centaines de millions sont prévus pour augmenter la capacité de transformation dans de nouvelles installations qui seront construites à Bécancour.

Nouveau Monde Graphite ambitionne de devenir le plus important producteur de graphite à faible coût en Amérique du Nord.

Après avoir reçu le décret gouvernemental autorisant le projet la semaine dernière, Éric Desaulniers avait indiqué à La Presse son intention de profiter de l’engouement des investisseurs pour les entreprises liées à l’électrification des transports.

Selon lui, le temps est venu pour Nouveau Monde Graphite de renforcer sa présence aux États-Unis. L’entreprise a retenu les services d’une firme spécialisée, Evercore Group, pour l’aider dans sa démarche.

Une assemblée extraordinaire des actionnaires aura lieu le mardi 23 mars. Nouveau Monde Graphite veut obtenir leur autorisation pour regrouper les actions ordinaires en circulation « selon un ratio qui permettra d’obtenir un prix post-regroupement répondant aux exigences d’inscription de la Bourse américaine sélectionnée », précise l’entreprise dans un communiqué.

La moitié des actions de Nouveau Monde Graphite sont détenues par des petits investisseurs, et ses principaux actionnaires sont le fonds spécialisé Pallinghurst et Investissement Québec.

Après avoir bondi de 4 % à l’ouverture des marchés mardi, l’action de NMG a fini la journée en baisse d’un peu plus de 1 %, à 2,47 $, à la Bourse canadienne de croissance. Le titre a varié entre 0,12 $ et 2,74 $ depuis un an.

L’entreprise vise la deuxième moitié de 2021 pour une inscription au NYSE ou au NASDAQ.

Selon le dirigeant de Pallinghurst, Arne Frandsen, qui est aussi président du conseil d’administration de NMG, « il est logique d’aligner sa base d’investisseurs sur celle de ses clients cibles », qui sont les fabricants de batteries et de véhicules électriques.

« Si une inscription est obtenue, Nouveau Monde sera probablement l’une des plus grandes sociétés de graphite pour batteries inscrites aux États-Unis », a-t-il commenté.