(New York) L’émetteur américain de cartes de crédit American Express a révélé vendredi faire l’objet d’enquêtes officielles aux États-Unis sur certaines des pratiques employées par ses commerciaux pour vendre des cartes aux petites entreprises.  

Agence France-Presse

Le groupe a indiqué dans un document transmis au gendarme américain des marchés financiers, la SEC, avoir reçu en janvier une citation à comparaître devant un grand jury new-yorkais, une instance de citoyens qui intervient en général pour décider, en fonction des éléments présentés par le procureur, s’il y a lieu ou non de tenir un procès.  

Le Bureau de la protection financière des consommateurs (CFPB) a aussi demandé des informations « sur les pratiques de ventes aux consommateurs », a ajouté American Express.  

Le groupe avait commencé dès mai 2020 à répondre aux requêtes exigées dans le cadre d’une enquête engagée par le ministère de la Justice et l’Office of the Comptroller of the Currency (OCC), un des principaux régulateurs du secteur bancaire aux États-Unis.  

L’enquête porte sur « les pratiques commerciales historiques liées à certaines ventes de cartes à des petites entreprises », indique le document sans donner plus de précisions.  

Selon le quotidien Wall Street Journal, qui avait révélé en janvier l’existence de procédures en cours, certains commerciaux d’American Express forçaient un peu la main de petits patrons ou leur présentaient des informations erronées sur les avantages et les frais des cartes de crédit afin de doper leurs chiffres de vente.  

« Nous coopérons avec toutes ces enquêtes et avons continué à renforcer nos contrôles sur les pratiques de vente », assure le groupe dans le document transmis vendredi à la SEC.  

« Nous ne pensons pas que cela aura un impact négatif important sur nos activités ou nos résultats », y ajoute-t-il.  

American Express indique par ailleurs avoir mené sa propre enquête interne sur certaines ventes effectuées en 2015 et 2016 et avoir pris des mesures disciplinaires « appropriées ».