La très influente agence de notation financière Moody’s rehausse d’un cran sa cote de crédit envers l’entreprise québécoise BRP en raison de la forte performance financière et d’affaires dont a fait preuve ce fabricant de petits véhicules de loisirs motorisés durant la récession de pandémie.

Publié le 9 févr. 2021
Martin Vallières
Martin Vallières La Presse

Ainsi, la notation financière attribuée à BRP passe du niveau B1 avec « perspectives stables » au niveau Ba3 avec « perspectives positives ». Cette notation supérieure concerne la dette de BRP que Moody’s chiffre aux environs de trois milliards de dollars en prêts et autres titres de financement.

Selon Louis Ko, vice-président et analyste principal chez Moody’s à ses bureaux de Toronto, « le rehaussement de cote de BRP reflète l’amélioration de son endettement - réduction de 300 millions de la dette - et de ses solides résultats d’exploitation obtenus durant son plus récent exercice. »

De plus, indique M. Ko, « nous prévoyons une amélioration de l’effet de levier (financement de la croissance) au cours de la prochaine année, car la demande de véhicules de loisirs motorisés de BRP restera forte alors que les consommateurs continueront de favoriser les activités récréatives de plein air ».

Parmi les atouts attribués à BRP, Moody’s identifie notamment « des indicateurs de crédit solides et une très bonne position de liquidité », de « bonnes positions sur le marché des motoneiges, des motomarines et des véhicules tout-terrain soutenues par une gamme de produits diversifiés et des marques mondiales bien reconnues », ainsi qu’une « capacité démontrée à lancer avec succès de nouveaux produits ».

En contrepartie, Moody’s note que les perspectives d’affaires de BRP pourraient être limitées par sa « concentration dans des produits discrétionnaires à prix élevés dont la demande peut baisser dans des conditions économiques difficiles », ainsi que « la possibilité que les ventes de produits aient été devancées pendant la pandémie et qu’elles ralentissent en 2022 ».