(Smiths Falls) Après une importante restructuration qui a entraîné l’élimination d’environ 1000 emplois, Canopy Growth affirme que la rentabilité est à l’horizon.

Tara Deschamps
La Presse Canadienne

Le producteur de cannabis établi à Smiths Falls, en Ontario, responsable des marques Tweed, Houseplant et Tokyo Smoke, a annoncé mardi qu’il s’attendait à être rentable au cours de la seconde moitié de son exercice 2022.

« Nous sommes à la fin de cette année de transition et notre équipe a fait de grands progrès », a affirmé le chef de la direction, David Klein, aux analystes.

« Nous sommes fermement sur la voie de la rentabilité. »

Le chemin pour y arriver n’a pas été facile pour M. Klein, qui dirige Canopy depuis maintenant environ un an.

Une grande partie de son temps a été consacrée à ses efforts pour le marché canadien de la marijuana récréative, qui se développe plus lentement que prévu, ce qui a entraîné la fermeture de plusieurs installations de culture de Canopy et a forcé l’entreprise à afficher des pertes de plusieurs millions de dollars.

Canopy a affiché mardi une perte de 829,3 millions pour son plus récent trimestre en raison des charges de dépréciation et de restructuration liées aux coupes d’emplois annoncées à la fin de l’an dernier.

La perte par action a atteint 2,43 $ pour le trimestre clos le 31 décembre, ce qui se compare à une perte de 109,6 millions, ou 26 cents par action, pour la même période en 2019.

Les résultats du plus récent trimestre comprenaient une dépréciation de 416 millions et des charges de restructuration et autres charges connexes de 291 millions émanant de changements hors trésorerie à la juste valeur, essentiellement alimentés par la hausse du cours de l’action de l’entreprise.

Les yeux sur les États-Unis

M. Klein est convaincu que les pertes ne seront pas récurrentes, car il voit des signes prometteurs sur le marché américain, notamment avec une série de produits conçus avec la reine du foyer Martha Stewart.

Maintenant que les démocrates contrôlent la Maison-Blanche et le Congrès américain, M. Klein s’attend à ce qu’une réforme importante ait lieu bientôt et il a été encouragé par les récents engagements du président américain Joe Biden à introduire une législation sur la réforme du cannabis.

« Nous prévoyons que cette législation inclura une réforme globale pour garantir la justice réparatrice, protéger la santé publique et mettre en œuvre une taxation responsable tout en mettant fin à l’interdiction du cannabis », a affirmé M. Klein.

« Nous pensons que cette législation, ou qu’une combinaison de mesures de réforme, pourrait permettre à Canopy d’entrer sur le marché américain du THC au cours de l’année 2021. »

Canopy connaît déjà un succès sur ce marché avec les bonbons au cannabidiol (CBD), lancés avec Mme Stewart en novembre.

Ces bonbons gélifiés, vendus dans des centaines de magasins de nutrition aux États-Unis, sont inspirés des confiseries françaises à mâcher appelées pâte de fruits et se déclinent en saveurs comme celles du fruit de la passion, du calamondin, du coing, de l’airelle et du kumquat.

« En seulement quatre mois depuis leur lancement, les produits Martha Stewart au CBD ont déjà dépassé les ventes annuelles de plus de 94 % de toutes les marques de CBD vendues aux États-Unis et sur la base du taux d’exécution actuel, Martha se classerait parmi les 3 % des marques de CBD les plus performantes », a souligné M. Klein.

Au moins un tiers des personnes qui ont acheté les bonbons gélifiés sont des utilisateurs de CBD pour la première fois — une portion du marché très recherchée.

Produits pour animaux

Mme Stewart, qui possède des chows-chows et des bouledogues français, a également tourné son attention vers les animaux de compagnie et a dévoilé, le mois dernier, une gamme de gouttes d’huile et de pâtes à mâcher pour animaux.

Les produits CBD de Canopy visent à soutenir la santé mentale des animaux de compagnie, à réduire leur stress et à maintenir leur mobilité.

Canopy continuera à travailler sur les produits de Mme Stewart et à améliorer la qualité et les arômes de sa fleur de cannabis, une mission sur laquelle la société s’est longtemps concentrée dans l’espoir d’augmenter la satisfaction de sa clientèle et ses ventes, a expliqué M. Klein.

Les revenus nets de ce qui était le troisième trimestre de l’entreprise ont totalisé 152,5 millions, un chiffre d’affaires en hausse par rapport à celui de 123,8 millions du même trimestre un an plus tôt.

Les revenus nets du cannabis ont totalisé 98,8 millions, en hausse par rapport à ceux de 90,4 millions du troisième trimestre précédent, tandis que les autres revenus ont grimpé à 53,7 millions, comparativement à 33,4 millions un an plus tôt.

Les résultats ont fait grimper l’action de Canopy de 6,63 $, soit 11,9 %, à la Bourse de Toronto, où elle a clôturé mardi à 62,35 $.