Impatients de revoir leurs clients et lassés de ne préparer que des livraisons, les commerçants étaient fin prêts à rouvrir leurs portes en ce lundi matin. Ils espèrent seulement que ce nouveau relâchement des mesures sanitaires pourra durer.

Publié le 8 févr. 2021
Antoine Trussart
Antoine Trussart La Presse

« C’est comme un deuxième Noël, s’exclame Patrick Dupuis, propriétaire du salon de coiffure La Boîte à coupe, à Trois-Rivières. Le téléphone ne dérougit pas. Je vous dirais que pour le prochain mois, on est pas mal bookés déjà. »

Les dix coiffeurs et coiffeuses qui louent une chaise dans le salon de coiffure ont tous choisi de rester malgré la fermeture prolongée depuis décembre. Les mesures sanitaires demandent un aménagement des horaires afin que le salon ne soit pas trop plein. « On est habitués, les clients sont habitués maintenant », affirme-t-il.

« On a travaillé fort sur les livraisons ma fille et moi. On est bien contents d’ouvrir aujourd’hui pour éliminer ce travail additionnel, explique Hélène Prévost, copropriétaire de la librairie Fleury à Montréal. On est un petit commerce, pour notre survie il a fallu travailler plus fort pendant la fermeture. »

Mme Prévost et sa fille Isabelle se réjouissent d’avoir pu garder tous leurs employés, même si Mme Prévost, qui se considère à la retraite, a dû rester plus à la maison pour pouvoir maintenir leurs heures de travail.

La conversation avec Mme Prévost a dû être interrompue pour qu’elle puisse assister ses clients. Ils étaient quelques-uns à faire le pied de grue devant la porte de la petite librairie indépendante avant même son ouverture.

Quelques commerces contactés lundi vers l’heure d’ouverture se disaient d’ailleurs déjà trop débordés pour répondre aux questions d’un journaliste.

« On compte sur la bonne humeur des Québécois et l’arrivée prochaine du printemps, résume pour sa part Marc-André Rouleau, copropriétaire du magasin de vêtements Henri Vézina à Laval. On a vécu une saison où c’était beaucoup le mou, les pantalons de jogging qui ont été populaires. Notre vision c’est que le consommateur va vouloir passer à autre chose. Je pense que les gens ne voudront pas de souvenirs d’un an passé enfermés chez eux en joggings. On est très optimistes. »

M. Rouleau et son partenaire d’affaires ont profité d’une première pause prolongée en 30 ans d’affaires. Ils ont pris le temps de réévaluer leurs achats pour la collection d’automne 2021 et faire un inventaire complet de leur magasin.

Chez Arteq, magasin d’ameublement des Promenades Beauport de Québec, la réouverture s’est faite sans heurts lundi. « On a seulement eu à enlever notre sapin de Noël et notre stock des Fêtes et on était prêts », raconte Céline Simard, gérante du magasin.

L’achalandage commençait déjà à revenir tranquillement dans le centre commercial en matinée.