(Calgary) La Pétrolière Impériale a affiché mardi une perte de 1,15  milliard pour son quatrième trimestre, laquelle comprenait une charge de dépréciation hors trésorerie de 1,17 milliard liée à sa décision de ne pas exploiter une bonne partie de son portefeuille d’actifs non conventionnels.

La Presse Canadienne

La perte par action a atteint 1,56 $ pour le plus récent trimestre, ce qui se comparait à un profit de 271  millions, ou 36 cents par action, pour la même période un an plus tôt.

Les produits et autres revenus ont totalisé 6,03  milliards, en baisse par rapport à 8,12  milliards à la même période de l’exercice précédent.

L’Impériale avait averti en décembre qu’elle prévoyait inscrire une charge hors trésorerie d’entre 900  millions et 1,2  milliard, expliquant qu’elle avait réévalué ses plans de développement à long terme pour son portefeuille d’actifs non conventionnels de gaz naturel en Alberta, et qu’elle n’avait plus l’intention de développer « une bonne partie » de ces actifs.

La production d’ensemble du plus récent trimestre a atteint en moyenne l’équivalent de 460 000 barils de pétrole brut par jour, un chiffre en hausse par rapport à celui de 398 000 barils par jour du même trimestre en 2019. L’Impériale a profité à ce chapitre d’une production record à son installation de sables bitumineux de Kearl.

Entre-temps, la production en aval s’est établie en moyenne à 359 000 barils par jour au quatrième trimestre, en hausse par rapport à celle de 321 000 barils par jour au même trimestre en 2019.