(Calgary) Ottawa a renvoyé l’évaluation d’impact du projet d’agrandissement d’une mine de sables bitumineux de Suncor Énergie dans le nord de l’Alberta à une commission d’examen indépendante.

Publié le 29 janv. 2021
La Presse Canadienne

Le ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Jonathan Wilkinson, a expliqué que l’examen était dans l’intérêt public étant donné la mesure dans laquelle le projet de mine à ciel ouvert pourrait avoir des effets négatifs sur les domaines de compétence fédérale, et compte tenu des préoccupations exprimées par le public et des groupes autochtones.

L’Agence d’évaluation d’impact du Canada doit travailler avec l’autorité réglementaire énergétique de l’Alberta pour coordonner et harmoniser les processus de réglementation fédéraux et provinciaux, y compris la possibilité d’une commission d’examen conjoint. Sa prochaine étape consiste à inviter le public et les groupes autochtones à commenter l’ébauche des lignes directrices de l’étude d’impact et le plan de participation du public avant de finaliser les deux.

Pas nécessaire avant 2035

Suncor a déposé il y a un an une demande pour le développement de la mine de base, même si elle a indiqué qu’elle ne serait pas nécessaire avant 2035, une fois que la mine existante à proximité, qui alimente l’usine de base, sera tarie.

À l’époque, le chef de la direction, Mark Little, avait souligné que le dépôt du projet se voulait « prudent » dans le cadre du système de réglementation fédéral, ajoutant que le projet représentait que l’une des nombreuses options envisagées par la société de Calgary et qu’il ne serait pas officiellement approuvé pour le développement avant au moins une décennie.

Dans sa demande de projet, Suncor suggère que la construction débuterait dès 2026 afin que la mine puisse être opérationnelle d’ici 2030.