(New York) Le conglomérat américain General Electric (GE) est revenu dans le vert en 2020, parvenant à dégager au quatrième trimestre des flux de trésorerie solides malgré un chiffre d’affaires en baisse, une tendance qu’il espère poursuivre en 2021.

Agence France-Presse

À Wall Street, l’action de GE a pris 2,7 % mardi.

Le bénéfice net du groupe s’est élevé à 5,23 milliards de dollars sur l’ensemble de l’année, alors qu’il avait perdu 5,4 milliards de dollars en 2019.  

Sur le seul quatrième trimestre, le conglomérat a dégagé 2,4 milliards de dollars de bénéfice net.  

Son chiffre d’affaires a pourtant baissé de 16 % en 2020, à 79,6 milliards de dollars, et de 16 % d’octobre à décembre, à 21,9 milliards de dollars.  

Les revenus tirés de la division aviation, lestée par la chute du transport aérien et des commandes d’avions depuis le début de la pandémie, ont baissé de 35 % au quatrième trimestre.  

Le chiffre d’affaires de la division énergie consacrée aux turbines à gaz et à vapeur est parvenu à se stabiliser sur la même période tandis que celui de la division dédiée aux énergies renouvelables a reculé de 6 %.  

Les revenus tirés de la division santé ont, eux, baissé de 11 %.  

Mais le groupe, qui a multiplié depuis deux ans les plans sociaux à travers le monde, a aussi diminué ses coûts.

« Au fur et à mesure de l’année, nous avons considérablement amélioré la rentabilité et la performance de trésorerie de GE malgré un environnement macro-économique encore difficile », a souligné le PDG du conglomérat, Larry Culp.

« Le quatrième trimestre a permis de terminer une année difficile avec des flux de trésorerie disponibles solides, reflétant les résultats d’opérations améliorées ainsi que des commandes solides dans les secteurs de l’énergie et des énergies renouvelables », a-t-il ajouté.

GE, qui s’attendait à comptabiliser 2,5 milliards de dollars de flux de trésorerie disponible tirés des opérations industrielles au 4e trimestre, en a finalement dégagé 4,4 milliards.  

Et le groupe espère continuer sur cette voie en 2021 : il s’attend à dégager 2,5 à 4,5 milliards de dollars de flux de trésorerie disponible si le secteur de l’aviation parvient à se redresser et s’il parvient à améliorer sa performance opérationnelle dans ses divisions consacrées à l’énergie.  

Les flux de trésorerie disponible sont un indicateur de rentabilité important représentant le montant de liquidités disponibles à l’entreprise une fois retirés les investissements.

S&P Global Ratings a dans une note salué l’amélioration de la trésorerie de GE, guidée selon l’agence de notation par ses fonds de roulement et ses réductions de coûts ainsi que par une meilleure performance de ses divisions énergie.

S&P a toutefois maintenu sa perspective négative sur la note attribuée à la solvabilité de l’entreprise, estimant que son niveau d’endettement pourrait rester élevé en 2021 si le secteur de l’aviation reste fragile, si la récession économique est plus profonde que prévu ou si la reprise tarde à prendre de l’élan en raison du maintien des mesures de distanciation sociale.