(New York) Citigroup a observé un repli de son chiffre d’affaires au quatrième trimestre, ce qui a pesé sur son bénéfice net, mais elle se veut optimiste sur l’économie mondiale et a légèrement réduit en conséquence les sommes mises de côté pour des éventuels impayés.  

Agence France-Presse

Après avoir gonflé de plusieurs milliards ses provisions pour faire face aux potentiels défauts de paiement de clients affectés par la pandémie, la banque américaine les a réduites de 46 millions de dollars au quatrième trimestre.  

Cette décision est justifiée par « les améliorations des perspectives sur le produit intérieur brut mondial ainsi que par une baisse des rétrogradations de notes des actifs financiers dans nos portefeuilles », a souligné la banque.  

Elle est aussi motivée par une baisse des pertes dans la banque de détail, a-t-elle ajouté.

Le groupe a toutefois vu son chiffre d’affaires reculer de 10 % au quatrième trimestre, à 16,5 milliards de dollars, avec une baisse de l’activité observée aussi bien dans la banque de détail qu’avec les clients institutionnels.  

Son bénéfice net a en conséquence reculé de 7 %, à 4,6 milliards de dollars.  

Rapporté par actions et hors éléments exceptionnels, il s’élève à 2,08 dollars, ce qui est bien au-dessus des 1,34 dollar attendu par les analystes.  

Sur l’ensemble de l’année, le chiffre d’affaires de la banque est stable, à 74,3 milliards de dollars. Son bénéfice net a chuté de 41 % à 11,4 milliards de dollars. Rapporté par action, il est aussi supérieur aux prévisions (4,87 dollars contre 4,25 dollars attendus).

« Signe de la force et de la durabilité de notre activité diversifiée, nos revenus sont restés stables par rapport à 2019 malgré l’impact économique massif de la COVID-19 », a estimé le directeur général de la banque, Mike Corbat, dans le communiqué. Il sera remplacé en février par Jane Fraser, qui deviendra la première femme à diriger une grande banque de Wall Street.

L’action de Citigroup reculait de 1,7 % dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la Bourse de New York.  

JPMorgan Chase, première banque américaine par actifs, a aussi indiqué vendredi avoir réduit ses provisions pour impayés mais elle a également fait part d’un bénéfice record au quatrième trimestre grâce notamment à la bonne santé de sa banque d’affaires et d’investissement.