(New York) La compagnie aérienne américaine Delta Air Lines a annoncé retirer de sa flotte le long-courrier 777, produit par Boeing, d’ici à la fin de l’année pour mieux résister à la crise liée au coronavirus.

Agence France-Presse

Dans un document transmis mercredi au gendarme boursier américain, la SEC, Delta a indiqué que cette mesure visait à « mieux aligner notre réseau avec la baisse de la demande résultant de la pandémie de COVID-19, rendre notre flotte plus efficace et plus moderne et faire des économies ».

L’entreprise dispose de 18 modèles de 777, un gros porteur pouvant transporter plus de 300 passagers.

Delta a aussi confirmé que le retrait de ses modèles de MD-90, un monocouloir, serait effectif à partir de juin.

Avec ces décisions, la compagnie envisage des charges de dépréciation d’actifs de 1,4 à 1,7 milliard de dollars.

Lors de la publication de ses résultats du premier trimestre fin avril, la compagnie, qui a perdu 534 millions de dollars de janvier à mars, avait annoncé qu’elle envisageait de se restructurer pour survivre à la pandémie de COVID-19.

Selon son patron Ed Bastian, elle brûle actuellement 50 millions de dollars par jour, ce qui devrait sans doute entraîner de nouvelles mesures d’économies.

Delta s’est gardée pour l’instant de supprimer des emplois pour respecter les engagements pris après avoir obtenu l’aide du gouvernement fédéral. Mais la donne pourrait changer après le 30 septembre, date à laquelle expirent les obligations vis-à-vis du Trésor.

A Wall Street, le titre de Delta perdait environ 5 % peu après l’ouverture.