(New York) L’avionneur américain Boeing a enregistré zéro commande d’avion civil en avril, tandis que les annulations de 737 MAX se sont accumulées, d’après un bilan commercial mensuel annoncé mardi.

Agence France-Presse

Le géant de Seattle, touché de plein fouet par la pandémie de coronavirus et la crise du 737 MAX, avion cloué au sol depuis plus d’un an après deux accidents ayant fait 346 morts, enregistre ainsi son deuxième mois consécutif sans commande pour ses avions commerciaux.  

À l’inverse, d’anciennes commandes portant sur 108 avions de la famille 737 MAX ont été annulées le mois dernier, notamment par les loueurs d’avions chinois China Development Bank et américain GECAS (filiale de General Electric). En mars déjà, des ordres sur 150 737 MAX avaient été effacés des livres de comptes.

Le constructeur aéronautique n’a en outre livré que six appareils commerciaux en avril, dont quatre 787, un 777 et un 737 NG, version précédant le MAX. Au total, les livraisons de Boeing sur les quatre premiers mois de l’année ont plongé de 67 % en un an.

C’est le pire démarrage de l’année de Boeing depuis 1962.

Les déboires du MAX ont contraint l’avionneur, fleuron industriel américain pesant pour environ 1 % du PIB du pays, à en suspendre la production et les livraisons sans date de reprise pour l’instant.

Les mesures de confinement et de distanciation physique pour limiter la propagation de la COVID-19 ont par ailleurs conduit les compagnies aériennes à reporter les commandes et livraisons d’avions parce que le trafic aérien a été réduit à peau de chagrin.

Pour y faire face, Boeing a décidé de supprimer 16 000 emplois, soit 10 % de ses effectifs, et de lever 25 milliards de dollars afin de financer ses opérations dans les prochains mois.

David Calhoun, le directeur général, a prévenu mardi qu’une grande compagnie aérienne américaine allait sans doute disparaître d’ici la fin de l’année, ce qui éliminerait une cliente du groupe avec de potentielles conséquences sur le carnet de commandes.