(Toronto) La société mère de la chaîne de cafés Tim Hortons a vu ses ventes quotidiennes chuter de plus de 40 % au cours des deux dernières semaines de mars, alors que la crise de la COVID-19 s’établissait au Canada, mais celles-ci ont repris un certain élan depuis, alors qu’un plus grand nombre de ses établissements se sont tournés vers les services de livraison.

La Presse canadienne

« La pandémie de COVID-19 a évidemment introduit une grande variété de difficultés, mais nous croyons que nous sommes bien positionnés et que nous avons les ressources dont nous avons besoin pour les surmonter », a observé le chef de la direction de Restaurant Brands International (RBI), Jose Cil, lors d’une conférence téléphonique avec les analystes après la publication des résultats financiers du premier trimestre.

La société, qui détient également les enseignes Burger King et Popeyes, a vu ses ventes à l’échelle de son système reculer pour deux de ses marques au cours du premier trimestre clos le 31 mars.

Les vente de Tim Hortons ont enregistré une baisse de 9,9 % au cours du trimestre, tandis que celles de Burger King ont connu une baisse de 3,0 %. Les ventes de Popeyes ont enregistré une hausse de 32,3 %, en partie grâce à la popularité de son sandwich au poulet aux États-Unis.

Les ventes des établissements ouverts depuis au moins un an ont chuté de 10,3 % chez Tim Hortons, avec une baisse de 10,8 % sur le marché canadien.

Au cours des deux dernières semaines de mars, les ventes quotidiennes comparables de la chaîne de cafés ont chuté en moyenne d’environ 45 %, a précisé l’entreprise.

Une grande partie de cela était due à une baisse des achats dans les catégories des déjeuners et des collations, a précisé M. Cil, alors que les clients ont modifié leur routine quotidienne pour rester à la maison. Cela signifie que les élèves qui se rendaient à l’école, les parents qui déposaient leurs enfants ou les employés qui faisaient la navette ne s’arrêtaient pas chez Tim Hortons pour leur commande habituelle.

« On peut voir que cette partie de la journée en particulier est celle qui est la plus touchée, car elle est très axée sur la routine et la fréquence », a-t-il expliqué lors d’une entrevue après la conférence téléphonique.

Les catégories du dîner et du souper ont été plus vigoureuses, a-t-il noté, ajoutant que cette tendance s’observait dans toutes les activités de l’entreprise.

En outre, la société est habituée à une reprise des ventes jeudi et jusqu’à la fin de semaine, a-t-il affirmé, mais elle connaît désormais ses meilleures performances en semaine.

Expansion des services de livraison

L’entreprise a respecté les contraintes des règles entourant la lutte contre la COVID-19, ce qui a incité certains restaurants à fermer temporairement et d’autres à fermer leurs services en salle à manger, pour se concentrer sur l’expansion des activités de livraison.

Plus de 1000 restaurants Tim Hortons au Canada offrent maintenant la livraison, a indiqué M. Cil, contre environ 250 il y a moins de deux mois. L’entreprise continue d’ajouter plus de restaurants canadiens à cette liste.

Les ventes à la livraison ont été multipliées par six par rapport aux niveaux d’avant la pandémie.

« C’est une expérience qui s’appuie davantage sur les repas », a poursuivi M. Cil, ajoutant que bien qu’il soit possible de vendre des boissons et des produits de boulangerie par l’entremise de ce canal, sa croissance initiale touche davantage les plats du dîner et du souper.

RBI a également lancé des options de ramassage en bordure de rue par l’entremise de ses applications mobiles pour les clients nord-américains qui ne peuvent pas accéder aux services au volant, et a ajusté son marketing récent pour souligner la facilité d’utilisation des options de livraison à domicile.

« Grâce à ces initiatives, nous avons stimulé une tendance positive dans la croissance quotidienne des ventes comparables », a indiqué M. Cil lors de la conférence téléphonique.

À la fin d’avril, la société a constaté une baisse de près de 40 % des ventes quotidiennes comparables chez Tim Hortons, a-t-il dit, « une amélioration de plus de 10 points par rapport au niveau le plus bas que nous avons constaté fin mars ».

La société a noté qu’environ 75 % de ses restaurants dans le monde restent ouverts — bien que plusieurs n’offrent que des services limités. Au Canada, environ 85 % des restaurants Tim Hortons de l’entreprise sont ouverts, avec de nombreuses fermetures temporaires dans des universités ou des centres commerciaux.

« Nous savons que la réouverture complète de tous nos restaurants et modes de service prendra encore un certain temps, mais nous sommes encouragés par les premiers signes d’amélioration des tendances des ventes sur bon nombre de nos principaux marchés », a-t-il affirmé.

Résultats en baisse

RBI a réalisé un bénéfice net de 224 millions US, ou 48 cents US par action, pour le trimestre clos le 31 mars, par rapport à un bénéfice de 246 millions US, ou 53 cents US par action, pour le même trimestre en 2019.

Les revenus ont totalisé près de 1,23 milliard US, en baisse par rapport à ceux de 1,27 milliard US du premier trimestre de l’an dernier.

Sur une base ajustée, RBI a réalisé un profit de 227 millions US, ou 48 cents US par action, pour le plus récent trimestre, en baisse par rapport à son bénéfice ajusté de 255 millions US, ou 55 cents US par action, de l’an dernier.

Les analystes s’attendaient en moyenne à un bénéfice ajusté de 51 cents US par action, à partir de revenus de 1,23 milliard US, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.