(Saint-Étienne) Le groupe français Thuasne, spécialisé dans la fabrication d’orthèses, a commencé à commercialiser des masques barrières lavables une trentaine de fois en reconvertissant des lignes de production de textiles médicaux pour répondre à l’urgence du coronavirus.

Agence France-Presse

Plusieurs dizaines de milliers d’unités, conçues « pour être utilisables pendant un mois, en étant lavables une trentaine de fois à 60 degrés, avec un séchage à l’air libre », devraient sortir chaque jour de son usine, à destination des usagers professionnels et du grand public, selon la direction.

L’entreprise de Saint-Étienne, à 500 km au sud de Paris, fabriquera, dans un de ses ateliers, des masques tissés et d’autres tricotés, « à l’aide de matières premières qui proviennent de pays européens, déjà en stock ou faciles à approvisionner » : « il s’agit principalement de polyamide et de viscose », précise à l’AFP Elizabeth Ducottet, présidente de cette moyenne entreprise de 2200 salariés qui a réalisé en 2019 un chiffre d’affaires équivalent à 360 millions de dollars canadiens.

« Ces produits filtrants et respirants, qui répondent aux exigences publiées vendredi dernier par l’AFNOR (Association française de normalisation, NDLR), sont vendus aux entreprises, collectivités, institutions, ainsi que dans le réseau de pharmacie avec lequel nous travaillons », ajoute la dirigeante de l’entreprise fondée en 1847.

Tout en soulignant qu’ils « n’ont pas vocation à remplacer les masques chirurgicaux ou les masques de protection jetables de type FFP2, réservés aux professionnels de santé ».