Des multiples subventions et annonces gouvernementales à la meilleure façon de traiter ses employés en passant par des conseils pour le télétravail, voici ce que tout entrepreneur devrait retenir.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

Crédit fédéral

Ottawa a débloqué 10 milliards de dollars pour son Programme de crédit aux entreprises, qui permettra à la Banque de développement du Canada (BDC) et Exportation et développement Canada (EDC) d’offrir des prêts aux taux du marché. Les entreprises doivent d’abord s’adresser à leur institution financière qui pourra se tourner vers ces organismes fédéraux si elles estiment que la demande excède leurs capacités. Des prêts jusqu’à 2 millions peuvent être accordés pour le fonds de roulement, sans paiement avant six mois, tout comme les prêts de moins de 1 million déjà accordés par la BDC.

Prêts et garanties

Du côté de Québec, on a mis 2,5 milliards à la disposition des petites et moyennes entreprises dans le cadre du nouveau Programme d’action concertée pour les entreprises (PACTE). Les prêts, d’un montant minimal de 50 000 $, sont destinés au fonds de roulement et sont demandés dans un premier temps à une institution financière. Celle-ci, si elle estime le prêt trop risqué, peut demander à Investissement Québec de se portant garant.

Reports

Toutes les institutions financières canadiennes ont annoncé cette semaine, dans des communiqués semblables, des sursis de paiement aux entreprises clientes qui subissent les contrecoups de la crise. Elles promettent essentiellement d’étudier leurs demandes « au cas par cas » et de fournir des « solutions adaptées ». Par ailleurs, le Fonds de solidarité FTQ, partenaire de 3100 entreprises, a annoncé un report de six mois des paiements liés aux prêts qu’il accorde.

Finances

Tous les experts s’entendent sur un point essentiel qui semble évident : il faut faire le point sur les finances de l’entreprise, évaluer les revenus et dépenses et juger de la meilleure option pour l'avenir proche. Fermer complètement, réduire les activités, voire les augmenter pour répondre à la nouvelle demande ? Changer de modèle de vente et de distribution ? Faire une pause jusqu’à ce que la situation revienne à la normale ? « Une forte tempête nous secoue, alors mieux vaut avoir un plan pour savoir comment y faire face », conseille la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante.

Ressources humaines

Les communications avec les employés ont une importance cruciale en temps de crise. L’agence de relations publiques Casacom a concocté un petit guide pour aider les entreprises dans ce domaine. Le premier conseil : « Communiquez fréquemment en faisant preuve de transparence : partagez les directives de l’organisation et vos messages clés. » Les employés, rappelle-t-on, sont la première clientèle de tout entrepreneur. « Il est primordial de les rassurer, de ne pas adopter un ton alarmiste et de renforcer vos liens de confiance en communiquant fréquemment avec eux. » Même les courriels internes anodins, ceux qui passaient habituellement inaperçus, « seront tout à coup populaires, puisque les employés cherchent des réponses à leurs questions, et souhaitent de la transparence et du réconfort », rappelle-t-on.

Maintien et partage

Afin de garder leurs employés, les petites entreprises peuvent obtenir une subvention salariale du fédéral équivalant à 10 % du salaire versé pendant trois mois. Le maximum est de 1375 $ par employé et 25 000 $ par employeur.

Pour encourager le travail partagé, on a bonifié ce programme de l’assurance-emploi, dont la durée est passée de 38 à 76 semaines. Avec ce programme, les employés dont les heures de travail ont été diminuées de 10 % à 60 % voient leur perte de salaire compensée au taux de l’assurance-emploi, soit 55 %.

Impôts reportés

Tant à Québec qu’au fédéral, on a reporté au 1er septembre le paiement des impôts qui auraient été exigibles à partir de maintenant. La date limite pour produire la déclaration de revenus a été repoussée du 30 avril au 1er juin pour Québec, mais le fédéral n’a encore rien annoncé à cet égard. En ce qui concerne le transfert des taxes perçues, on a annoncé que l’Agence du revenu du Canada n’effectuerait aucune vérification chez les petites et moyennes entreprises pour les quatre prochaines semaines. Québec évalue présentement la possibilité de s’harmoniser avec le fédéral à ce chapitre.

Sécurité

Tout employeur a l’obligation de fournir un lieu de travail sécuritaire à ses employés. Dans un premier temps, indique l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il doit s’assurer d’une distance d’un mètre entre employés, faire en sorte que les postes de travail soient désinfectés régulièrement, que les déplacements à risque soient annulés et que tout employé contaminé soit en quarantaine. Le milieu de travail doit comporter un nombre suffisant de distributeurs de désinfectant pour les mains ou de lavabos avec savon.

Télétravail

Il s’agit pour de nombreuses entreprises d’une solution qui permet de préserver leurs activités, tout en minimisant les risques de contagion pour leurs employés. La demande pour les plateformes de télétravail a explosé dans les dernières semaines. L’entreprise québécoise Facilis Global, qui commercialise la suite de collaboration à distance Mybys, rapporte une hausse de temps d’utilisation de 50 % dans le dernier mois. Teams, appartenant à Microsoft, a attiré 12 millions de nouveaux utilisateurs dans la semaine du 11 au 18 mars, atteignant un nombre inédit de 44 millions d’utilisateurs, gratuits et payants. L’autre grande plateforme, Slack, a connu une hausse nette de 7000 usagers payants depuis le début de février, soit 40 % de plus qu’à pareille date l’an dernier.

Consultez l'article de La Presse « Cinq solutions pour travailler à la maison »

Normes assouplies

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a annoncé des « mesures exceptionnelles d’assouplissement » pour les employeurs. Ils ont d’abord jusqu’au 31 août pour payer leurs cotisations et, comme pour les impôts, ont jusqu’au 1er juin pour transmettre leur déclaration des salaires pour 2019. L’organisme se montrera tolérant pour les dépassements de délais en ce qui concerne le traitement des plaintes, notamment pour la communication des documents, et la signification des infractions aux lois que la CNESST fait appliquer sera limitée aux situations graves, « notamment dans les cas d’accident grave ou mortel ». Les exécutions de jugements et les transmissions de mises en demeure sont également suspendues, sauf dans les cas de force majeure.