Le spécialiste ontarien de la gestion de déchets, GFL Environmental, a relancé mardi son projet d’inscription en Bourse.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Le prospectus présenté révèle que l’entreprise souhaite récolter jusqu’à 1,75 milliard US en vendant des actions à droit de vote subalterne et 800 millions US additionnels avec d’autres titres financiers (unités de capitaux propres corporels), ce qui fait de ce premier appel public à l’épargne un des plus importants jamais effectué au pays.

L’entreprise prévoit inscrire ses actions à droit de vote subalterne sous le symbole boursier GFL à la Bourse de Toronto ainsi qu’à la Bourse de New York.

GFL aimerait que le prix initial des actions à droit de vote subalterne s’établisse entre 20 $ US et 21 $ US par action ou dans une fourchette de 26,66 $ canadiens à 28 $ canadiens par action. Le prix sera officiellement déterminé dans les prochains jours.

Le produit tiré de ce placement doit notamment être affecté au remboursement de la dette et aux fins générales de l’entreprise, notamment pour réaliser des acquisitions. GFL avait tenté de s’inscrire en Bourse à l’automne avant de se raviser.