(New York) T-Mobile US et Sprint ont accepté de changer les termes de leur accord de fusion en faveur de Deutsche Telekom, la maison mère allemande de T-Mobile, qui devrait avoir une part plus importante dans la nouvelle société.

Agence France-Presse

SoftBank, l’actionnaire majoritaire de Sprint, a accepté de modifier le rapport d’échange des titres des deux opérateurs de téléphonie mobile, a indiqué T-Mobile US jeudi dans un communiqué.

Le géant japonais de l’investissement devra désormais apporter 11 actions de Sprint pour chaque titre T-Mobile contre 9,75 actions précédemment. Le changement ne s’applique en revanche pas aux autres actionnaires de Sprint.

À l’issue de la fusion, qui pourrait intervenir dès le 1er avril, Deutsche Telekom devrait détenir environ 43 % des actions du nouveau groupe, intitulé New T-Mobile, et Softbank 24 %. Les 33 % restants seront entre les mains d’actionnaires publics.

Selon T-Mobile, la réforme a été adoptée à l’unanimité par les conseils d’administration de T-Mobile et de Sprint.

À Wall Street, l’action de Sprint était en hausse de plus de 5 % vers 10 h 15, tandis que celle de T-Mobile reculait de 1,5 %.

La semaine dernière, un juge a autorisé la fusion des deux groupes, estimant que l’opération ne devrait pas conduire à des tarifs plus élevés.

Ce rapprochement doit créer un groupe comptant plus de 100 millions d’abonnés à des forfaits mobiles, capable de rivaliser avec les deux leaders du secteur, Verizon et AT & T.

L’opération a déjà reçu en juillet le feu vert du département américain de la Justice et en novembre celui du régulateur des télécoms, la FCC.