Alstom rachète pour 8,2 milliards de dollars américains la division ferroviaire. Bombardier recevra entre 4,2 et 4,5 milliards de dollars américains et la Caisse de dépôt détiendra 18 % d’Alstom.

Jean-François Codère Jean-François Codère
La Presse

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Selon Bombardier, la transaction donne à Bombardier Transport une valeur de 8,2 milliards de dollars américains. Déduction faite de l’encaisse de Bombardier Transport, Alstom déboursera entre 5,8 et 6,2 milliards d’euros (6,3 à 6,7 millirads US). La rumeur faisait jusqu’ici état d’un prix de 7 milliards $ US.

La Caisse touchera l’équivalent de 2,1 à 2,3 milliards de dollars américains pour sa part de 32,5 % dans Bombardier Transport, acquise pour 1,5 milliard en 2015. Elle rééchangera cette somme contre des actions d’Alstom et y ajoutera aussi 700 millions d’euros (1 milliard CA) pour porter sa participation dans Alstom à environ 18 %. Elle en sera le plus grand actionnaire et détiendra deux sièges à son conseil d’administration.

« Vendre les activités de transport sur rail nous permettra de remodeler et de redéfinir notre structure du capital, a expliqué dans un communiqué le président et chef de la direction de Bombardier, Alain Bellemare.

« L’ajout d’une somme considérable en espèces au bilan et le retrait de la participation en actions privilégiées de la Caisse dans Transport changeront la donne pour Bombardier. En tenant compte des produits prévus devant découler des opérations précédemment annoncées, Bombardier disposerait de 6,5 milliards à 7,0 milliards d’encaisse pro forma, ce qui permettra à la Société de repartir sur de toutes nouvelles bases pour s’attaquer à sa dette de 9,3 milliards. »

Siège social nord-américain

L’entente prévoit de la part d’Alstom « des engagements ambitieux renforçant ses assises au Québec, qui seront mis en œuvre durant la première année suivant la clôture de la transaction », a indiqué la Caisse dans un communiqué.

PHOTO DENIS BALIBOUSE, ARCHIVES REUTERS

« Ces engagements incluent notamment un siège social pour les Amériques dans le Grand Montréal, où un Chef des Amériques sera basé, un nouveau centre de design et d’ingénierie ainsi que de recherche et développement en hautes technologies, en plus de l’expansion des activités pour les sites manufacturiers de La Pocatière et de Sorel-Tracy grâce à des opportunités accrues basées sur leurs expertises. »

Devant les journalistes ce matin, le premier ministre François Legault avait justement donné un indice quant à la création de ce « siège social nord-américain ».

« L’idéal, ça aurait été un siège social mondial, avait indiqué M. Legault. Mais, un siège social des Amériques, c’est déjà pas mal.

Le premier ministre a rappelé le « potentiel énorme » de cette industrie en Amérique du Nord en raison de la demande grandissante pour les villes de se doter d’infrastructures de transports en commun comme des tramways, des métros et des trains électriques.
« Il n’y a pas de constructeur américain », a fait valoir M. Legault. « L’idée, c’est que le Québec devienne un peu comme le champion des Amériques dans la fabrication des trains. C’est cet objectif qu’on s’est donné. »

M. Legault est allé un peu plus loin dans ses prévisions : « Si on a un champion pour les Amériques, ça veut dire des usines dans les Amériques qui sont gérées par le Québec. Si on obtient ça, c’est quand même une acquisition », a-t-il lancé.

Bombardier ne comptera dorénavant plus qu’une seule division, spécialisée dans les avions d’affaires.

La transaction devra être approuvée par les autorités antimonopoles européennes, entre autres.