La multinationale montréalaise de l’informatique CGI profite du repli de 10 % de ses actions en Bourse depuis leur sommet de 113 $ de la mi-janvier pour donner suite avec éclat à son programme de rachat d’actions.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

Cette fois-ci, CGI rachète un bloc de six millions de ses actions (classe A) détenues par la Caisse de dépôt et placement, ce qui représente environ 16 % de son placement en actions de CGI.

La transaction réalisée en privé est annoncée au prix de 99,85 $ par action, soit tout près de 600 millions en valeur totale.

Ce prix convenu représente un escompte de 3,09 $ par action ou 3 % par rapport à la plus récente cote boursière de CGI, soit 102,94 $ par action, en date du vendredi 14 février.

(NDLR : les bourses nord-américaines sont fermées aujourd’hui, lundi 17 février)

À la haute-direction de CGI, le vice-président exécutif et chef de la direction financière, François Boulanger, affirme par communiqué que « cette transaction (de rachat et d’annulation d’actions) est conforme à notre stratégie de création de valeur » pour les actionnaires.

« Grâce à notre capacité à générer des flux de trésorerie importants et à notre facilité de crédit, nous demeurons en excellente position pour continuer à exécuter notre stratégie de croissance éprouvée qui conjugue la croissance interne et les acquisitions. »

La valeur boursière totale de CGI cote ces temps-ci autour de 27,7 milliards, soit presque cinq milliards de plus qu’il y a un an, et 16 milliards de plus qu’il y a trois ans.

Du côté de la Caisse de dépôt, on indique aussi par communiqué que cette transaction de revente d’un bloc d’actions à CGI « s’inscrit dans le cadre du rééquilibrage périodique du portefeuille de la Caisse. »

Selon Charles Emond, nouveau président et chef de la direction de la Caisse, « CGI continue de produire des résultats supérieurs pour ses actionnaires et cette opération constitue une occasion pour la Caisse de monétiser une partie de notre placement. »

Pour la suite, affirme M. Emond, « la Caisse demeure l’un des principaux actionnaires de CGI et elle compte continuer d’appuyer la croissance et la mondialisation de ce chef de file en technologies de l’information. »

Une fois cette transaction réalisée avec CGI, la Caisse demeurera propriétaire d’environ 31,4  millions de ses actions de classe A, soit presque 12 % de son nombre total d’actions en circulation ou quelque 3,2 milliards en valeur boursière courante.