Les actionnaires de la compagnie d’assurances et de produits d’investissement Industrielle Alliance (I-A), qui pèse environ 7,6 milliards en Bourse, ont subi jeudi leur pire journée en trois ans après la publication de résultats de fin d’année 2019 et de perspectives pour 2020 considérés un peu tièdes par rapport aux attentes.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

En cours de séance, jeudi, la valeur boursière des actions d’I-A s’est repliée de presque 6 %, tout juste au-dessus du seuil des 70 $ qui avait été franchi en décembre dernier.

Elle a repris du mieux par la suite pour terminer en baisse de 3,8 % à 71,90 $ par action.

Dans ses résultats de fin d’année 2019, I-A fait état d’un bénéfice net au quatrième trimestre en hausse annualisée de 14 % à 176,5 millions, et d’un bénéfice net pour tout l’exercice en hausse de 12 % à 709,5 millions. Ces résultats se sont avérés relativement proches des prévisions d’analystes.

En contrepartie, c’est le nouvel objectif-cible de bénéfice net par action pour l’exercice 2020, mis à jour jeudi par les dirigeants d’I-A, qui a semblé le plus décevant pour les investisseurs et les analystes.

Pour l’essentiel, constate notamment l’analyste Gabriel Dechaine, à la Financière Banque Nationale, l’atteinte de cet objectif d’un bénéfice net autour de 6,60 $ par action signifierait une croissance affaiblie à 5 % par rapport au bénéfice comparable en 2019.

Or, s’il s’avère, un tel taux de croissance du bénéfice net en 2020 serait inférieur de moitié à l’objectif d’une croissance du bénéfice de 10 % par an en moyenne à long terme auquel prétend la direction d’I. A.

> Consultez le profil boursier d’Industrielle-Alliance