(Taipei) Foxconn va commencer à fabriquer des masques chirurgicaux aux côtés des produits Apple dans son usine de Shenzhen (Chine), a annoncé le géant taïwanais de l’électronique face à l’épidémie mortelle de nouveau coronavirus.  

Agence France-Presse

« Les masques faciaux sont désormais l’équipement standard dans notre lutte contre l’épidémie », a déclaré vendredi Foxconn sur son site officiel de médias sociaux WeChat.   

« Chaque seconde compte dans cette bataille, plus vite nous serons en mesure de fournir ces équipements, plus vite nous pourrons arrêter l’épidémie, sauver des vies et traverser ces temps difficiles ».   

Également connu sous son nom officiel Hon Hai Precision Industry, Foxconn assemble les iPhones d’Apple ainsi que des produits pour d’autres marques internationales.  

PHOTO TYRONE SIU, REUTERS

L’emblème de Foxconn, la marque de commerce de Hon Hai Precision Industry, au sommet d’un bâtiment de la compagnie à Taïpei, à Formose.

Les nombreuses usines du groupe en Chine devraient reprendre leurs activités le 10 février après la prolongation des vacances pour la fête du Nouvel An lunaire due à l’épidémie de coronavirus surgie à Wuhan, qui a depuis atteint plus de 20 pays.

« Nous avons réussi la production de masques tests et nous demandons la certification. Nous prévoyons de pouvoir produire 20 millions de masques d’ici la fin février », a précisé Foxconn.   

La propagation de la maladie a déjà conduit le ministère chinois des Affaires étrangères à lancer un appel à la communauté internationale pour des dons de fournitures médicales, notamment des masques chirurgicaux, des vêtements et des lunettes de protection.   

31 161 personnes ont été contaminées en Chine continentale, dont 636 sont décédées, selon les derniers chiffres officiels.   

Le virus devrait également avoir un impact sur les chaînes d’approvisionnement et de fabrication internationales étant donné le rôle pivot de la Chine dans l’économie mondiale.

Foxconn prévoit, par ailleurs, une augmentation de ses ventes de 1 % à 3 % cette année, contre une prévision de 3 % à 5 % en janvier, a déclaré le président, Young Liu, à Bloomberg News.   

L’entreprise a tenté d’apaiser les craintes d’une baisse de production, affirmant qu’elle avait déjà connu des épidémies virales, notamment celle du SRAS en 2003.