(Washington) L’emblématique chaîne américaine de grands magasins Macy’s a annoncé mardi la fermeture d’environ 125 magasins dans les trois prochaines années, et la suppression de 2000 emplois, pour faire des économies.

Agence France-Presse

« Macy’s prévoit de fermer environ 125 de ses magasins les moins rentables dans les trois prochaines années, en comptant une trentaine de magasins dont la fermeture est déjà programmée », indique l’enseigne dans un communiqué de presse.

Les ventes annuelles réalisées dans ces 125 magasins représentent environ 1,4 milliard de dollars.

L’enseigne Macy’s compte 636 magasins aux États-Unis.

Touchées de plein fouet par la vente en ligne, les chaînes de grands magasins, qui autrefois attiraient les consommateurs dans les centres commerciaux, voient leurs résultats plonger depuis des années et sont contraintes de réduire leur périmètre.

En plus des fermetures de magasins, Macy’s a également annoncé la suppression de 9 % de ses effectifs dans les fonctions support et siège, soit environ 2000 emplois.

Avec ce plan, Macy’s espère économiser 600 millions de dollars en 2020, et 1,5 milliard d’ici la mi-2022.

L’enseigne prévoit parallèlement de faire monter en gamme une centaine de magasins parmi les plus rentables, comme elle l’a déjà fait pour 150 autres, dans lesquels sont réalisées la moitié de ses ventes.

Le siège de Macy’s va également déménager, de Cincinnati vers New York.

Par conséquent, les bureaux situés à Cincinnati et Lorain, ainsi que celui de Clearwater vont fermer, de même que les centres de relation clients de Tempe et Mason.

Un nouveau format de magasins de plus faible superficie, situés en centre-ville et non dans des centres commerciaux, doit également voir le jour. Le premier ouvrira à Dallas le 6 février.

Macy’s, qui doit publier l’intégralité de ses résultats pour 2019 le 25 février, a fait état mardi de ventes nettes en recul de 0,5 % au quatrième trimestre 2019, à 8,3 milliards de dollars. Pour l’ensemble de l’exercice 2019, le chiffre d’affaires s’établit à 24,5 milliards de dollars, en baisse de 0,7 %.

Le groupe, qui possède également les enseignes Bloomingdale’s et Bluemercury, prévoit en 2020 une nouvelle contraction de ses ventes, qui devraient s’établir entre 23,6 et 23,9 milliards de dollars.

Les deux autres chaînes historiques de grands magasins aux États-Unis, Sears et JC Penney, sont également en difficultés.

À Wall Street, l’action prenait 0,91 % à 17 h 43 dans les échanges électroniques d’après-Bourse.