(Everett) Le vent a forcé Boeing vendredi à repousser une nouvelle fois le vol inaugural du long courrier 777X, et le constructeur aéronautique fera une nouvelle tentative samedi.

Agence France-Presse

« Mise à jour #777X Premier vol : Nous essaierons une nouvelle fois demain à partir de 10 h (locales, 13 h, HE). La force du vent nous a empêchés de voler aujourd’hui », indique un tweet de Boeing.

Le nouveau bimoteur dans sa livrée bleue et blanche et aux bouts d’ailes – les winglets – arrondis caractéristiques est resté sur le tarmac de Boeing Field, dans la banlieue de Seattle (nord-ouest des États-Unis) où le vent soufflait assez fort pour faire vibrer la caméra qui devait transmettre en direct son décollage.

Ce vol inaugural – qui marquera le début de toute une batterie de tests en vol – avait été programmé jeudi mais déjà repoussé à cause d’une météo peu clémente, ce qui est fréquent dans cette région en hiver.

Initialement, le 777X devait prendre l’air pour la première fois à l’été 2019, mais la date avait été repoussée en raison de problèmes avec le nouveau moteur GE9X, fabriqué par General Electric, et de difficultés avec les ailes et la validation des logiciels.

Si les vols tests se passent bien, Boeing déposera alors tous les documents en vue de l’homologation de cet avion par les autorités de l’aviation civile, notamment auprès de l’autorité de l’aviation civile, la FAA.

Le 777X, qui peut transporter de 384 à 426 passagers, présente un carnet de commandes de 340 unités, principalement de la part de sept grandes compagnies aériennes, dont Emirates, Lufthansa, Cathay Pacific, Singapore Airlines et Qatar Airways. Il est censé concurrencer l’A350 de l’avionneur européen Airbus.

Les premières livraisons ne sont pas attendues avant « début 2021 », au lieu de mi-2020 comme prévu initialement, car la période des vols d’essai devrait être allongée et la procédure d’homologation approfondie.

Cet avion a en effet rencontré des problèmes importants lors d’essais de pressurisation – dépassant sciemment les conditions normales d’utilisation pour s’assurer de la fiabilité du matériel – en septembre dernier.

Le 777X est censé conforter la domination de Boeing sur Airbus dans le long-courrier, position fragilisée par la réduction prochaine des taux de production du 787 « Dreamliner », faute de commandes fermes de la Chine.