La rumeur d’une transaction majeure entre l’entreprise d’ingénierie WSP Global, de Montréal, et sa rivale Aecom, basée à Los Angeles, continue de cheminer favorablement en Bourse, des deux côtés de la frontière.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

En mi-journée mercredi, au surlendemain de l’émergence de cette rumeur dans la presse financière américaine, les actions de WSP Global s’affichent en hausse de près de 1 % aux environs de 95 $, un prix record qu’elles ont franchi brièvement en début de séance à la Bourse de Toronto.

À cette cote, la valeur d’entreprise de WSP Global vient de franchir les 10 milliards de dollars. En comparaison, c’est presque deux fois plus que la valeur attribuée à sa vis-à-vis montréalaise SNC-Lavalin.

Du côte de l’entreprise californienne Aecom, ses actions cotées à la Bourse de New York, qui ont bondi de 7 % depuis l’émergence de la rumeur avec WSP Global en fin de journée lundi, se maintiennent proche de leur valeur record de 50 $ US.

Entre temps, tant WSP Global que sa partenaire présumée Aecom se sont abstenues de commentaires sur cette rumeur d’une transaction d’actifs majeure qui circule depuis deux jours.

N’empêche, de l’avis d’analystes, si cette rumeur d’une acquisition d’Aecom par WSP Global se concrétisait bientôt, il en résulterait « une combinaison qui, si elle est bien structurée, serait positive pour WSP et créerait l’une des plus grandes entreprises de services d’ingénierie, avec des revenus d’environ 13 milliards CAN », indique notamment Benoit Poirier, analyste chez Marchés des capitaux Desjardins.

À la Financière Banque Nationale, l’analyste Maxim Sytchev note estime « qu’en termes stratégiques, une telle acquisition permettrait notamment à WSP de surclasser dans les autres grandes firmes d’ingénierie » dans des secteurs dynamiques du marché comme les infrastructures de transport et d’environnement.