Les deux grands rivaux des télécommunications au Québec, Bell et Vidéotron, se sont entendus sur une même stratégie ce mois-ci. Ils ont annoncé récemment l’abolition des limites de données internet résidentielles… et imposé dans la foulée des hausses de tarifs substantielles.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

Chez Vidéotron, les abonnés ont reçu depuis deux semaines des avis de hausse touchant pratiquement tous les services, qui entreront en vigueur le 1er mars 2021.

Les hausses sont variables et vont, selon le communiqué officiel, de 2 $ supplémentaires par mois pour le forfait internet et la ligne téléphonique résidentielle à 2,50 $ pour la câblodistribution. La Presse a cependant trouvé au moins un cas où une « majoration » plus substantielle a été imposée, soit 3 $ sur un forfait internet illimité Fibre hybride 120 coûtant, avant les rabais, 83,95 $. Pour ce consommateur qui paie dans les faits 69,95 $ par mois, ce qui est le prix standard sur le marché, il s’agit d’une hausse de 4,3 %.

L’entreprise propriété de Québecor comptait, au 30 septembre dernier, 1,8 million d’abonnés à son service internet.

Chez Vidéotron, le porte-parole renvoie au site pour trouver les explications de ces hausses. « Pour continuer de répondre à tous vos besoins et de vous offrir des produits innovants comme Helix et un réseau toujours plus performant, nous avons dû ajuster les tarifs de certains services depuis le 9 décembre 2020, peut-on lire. Ces ajustements nous permettront de continuer à vous offrir des produits à la fine pointe de la technologie et d’adapter nos services à vos besoins de connectivité et de divertissement sans cesse croissants. »

On précise que le tarif du service de ligne résidentielle « n’avait pas été augmenté depuis des années » et que, malgré ces hausses, les « prix demeurent tout à fait compétitifs ».

27 % par année

Pour Anaïs Beaulieu-Laporte, analyste à l’Union des consommateurs, « il est particulièrement malheureux de voir un fournisseur de service d’accès internet procéder à une hausse de tarif dans le contexte actuel où l’accès à internet n’a jamais été aussi essentiel pour les ménages québécois ».

Elle note également qu’en mars dernier, Vidéotron avait augmenté le taux d’intérêt sur les sommes en souffrance, qui est passé à 2 % par mois, « ce qui représente presque 27 % par année », dénonce-t-elle.

Chez Bell, on a également annoncé aux clients des « ajustements » au prix de leur forfait internet, applicables à compter du 1er mars prochain, qui leur vaudront une hausse de 3 à 6 $ par mois.

« Ces changements soutiennent nos investissements permanents dans le réseau, les services et dans le contenu […] tout en continuant à offrir une valeur supérieure sur un marché concurrentiel », a expliqué par courriel Caroline Audet, porte-parole.

Il n’a pas été possible de connaître précisément les hausses qui seront imposées aux clients de Cogeco. « Nous ajustons nos tarifs périodiquement comme les autres fournisseurs de services internet, afin d’assurer l’entretien de notre réseau, dont la fiabilité et la robustesse sont cruciales en cette période de forte utilisation du service internet, a expliqué par courriel Anastasia Unterner, porte-parole. Nous nous assurons d’aviser nos clients dans les délais légaux raisonnables et prévus à cet effet, de 60 jours. »

Chez Telus, on assure ne pas avoir revu la grille tarifaire des services résidentiels « depuis le début de la pandémie », et on a même aboli les frais de 13 $ liés à l’option de données illimitées. « Bien que nous ne révélons habituellement pas nos stratégies tarifaires futures pour des raisons compétitives, nous pouvons confirmer qu’aucune hausse des services résidentiels n’a été annoncée », a déclaré par courriel Jacinthe Beaulieu, porte-parole.

« D’autres fournisseurs »

Tant dans le cas de Vidéotron que dans celui de Bell, ces hausses annoncées surviennent alors qu’on a récemment offert aux abonnés l’accès aux données internet illimitées pour le temps des Fêtes, soit jusqu’au 3 et au 4 janvier, respectivement.

Bell a en outre ajouté le débrouillage d’une cinquantaine de chaînes et de certaines séries sur Crave et Super Écran pour ses trois services de télédistribution, Télé Fibe, Alt Télé et Télé Satellite.

Chez Cogeco, on précise avoir supprimé temporairement les frais de retard et ne plus débrancher les clients en défaut de paiement « en raison des perturbations causées par la COVID-19 ».

Aux clients mécontents des dernières hausses, l’Union des consommateurs suggère de magasiner des forfaits internet chez d’autres fournisseurs.

Il serait probablement bon de rappeler aux consommateurs insatisfaits par cette nouvelle hausse qu’il existe d’autres fournisseurs sur le marché, dont les fournisseurs indépendants qui demeurent malheureusement méconnus.

Anaïs Beaulieu-Laporte, analyste à l’Union des consommateurs

Selon le site PlanHub.ca, qui compile les offres sur le marché, des indépendants annoncent des forfaits pouvant coûter jusqu’à 33 % de moins que ceux des grands fournisseurs.