(New York) Le bond des commandes en ligne depuis le début de la pandémie continue de porter les résultats trimestriels du groupe américain de transport et de livraison de lettres et paquets FedEx, aussi bien aux États-Unis qu’à l’étranger.

Agence France-Presse

Le bénéfice net du groupe a plus que doublé de septembre à novembre, période correspondant au deuxième trimestre de son année comptable 2020-2021, à 1,2 milliard de dollars, détaille un communiqué jeudi.

Rapporté par action et hors éléments exceptionnels, la référence à Wall Street, le bénéfice s’est élevé à 4,83 dollars, soit bien plus que les 4,01 dollars attendus par les analystes de Wall Street.

Porté par des consommateurs préférant effectuer leurs emplettes sur l’internet pour limiter le risque de contamination par la COVID-19, le chiffre d’affaires s’est envolé de 19 % à 20,6 milliards de dollars.

FedEx a transporté plus de colis aussi bien à l’international qu’aux États-Unis, et a procédé à des « ajustements de prix » sur la période, souligne le groupe.

Ses coûts ont un peu augmenté pour soutenir la forte demande et étendre les services, ainsi que pour apporter plus de protections contre la COVID-19 à ses salariés et à ses clients. FedEx a notamment embauché plus de personnes.  

« Mes plus sincères remerciements vont à nos près de 600 000 employés dans le monde qui vont au-delà des attentes pour garder le monde en mouvement pendant cette pandémie et une saison d’activité intense sans précédent », a commenté son PDG, Frederick Smith, cité dans le communiqué.

Le groupe n’a pas fourni de prévisions pour l’ensemble de son exercice fiscal, mais prévoit de continuer sur la même lancée.  

« Bien que l’environnement demeure incertain, nous prévoyons une croissance des bénéfices au deuxième semestre de l’exercice 2021, tirée par une demande accrue pour nos services alors que nous continuons à exécuter nos priorités stratégiques », a souligné le directeur financier de la société Michael Lenz.  

Le titre de FedEx reculait de 3,24 % dans les échanges électroniques suivant la clôture de la Bourse de New York. Il a doublé depuis le début de l’année.